Pain et tempête

Avant d’ouvrir un livre de Stefano Benni, il faut accepter de se plonger dans un monde particulier et chaque fois différent. On se retrouve alors à naviguer entre hyperréalisme, fantastique et absurde, mais sur des thèmes très familiers, car il n’est question que de choses qui font notre quotidien, mêlées de sagesse et d’un humour inimitable.

Le village de Montelfo est menacé par les promoteurs immobiliers. Les habitants, à partir du Bar Sport devenu quartier général, vont réagir à la menace, menés par Grand-Père Sorcier et son inséparable complice Archive. Pour revendiquer leur liberté, ils vont faire appel à ce qu’ils ont en commun : la mémoire de tout ce qu’ils ont partagé dans ce village et ses environs.

C’est alors un défilé d’histoires, de légendes, d’anecdotes et de hauts faits où le lecteur découvre avec délice des aventures délirantes et des personnages tels que Trincon Taureau et Trincon Teigneux, Sophronie, Hérisson Mainsdor, Django, Fen, Bouffi Misère, les sœurs Aspirines, Simona Beauregard, le Bienheureux Incliné, et des dizaines d’autres, qui vont tout faire pour sauver leur pain malgré la tempête.

Car c’est bien de notre monde en crise dont il est question, avec la chute de Oualstrèt, l’échologie, l’économie de marché, et tout le reste. Caricature, mais regard original sur notre société, ce livre est un pur régal de drôlerie et de bon sens.