L’Entreprise des Indes

Christophe Colomb, vous connaissez ? Sans doute peu de choses, en réalité, de ce que fut réellement l’homme, et non le célèbre découvreur. Ce roman historique n’est pas une énième narration sur la conquête du nouveau monde, mais une tentative d’exploration de ce navigateur hors du commun. Ce qui y est narré se passe bien avant l’embarquement vers ces Indes jamais atteintes.

Pour mieux aborder la dimension intime du personnage, Érik Orsenna a choisi de donner la parole à son frère Bartolomé, le cartographe, de deux ans son cadet. C’est lui qui, parvenu au terme de sa vie, raconte son aîné et se raconte lui-même. Il ne s’agit donc pas seulement de mieux connaître Christophe, mais aussi cette période assoiffée de nouvelles connaissances que fut ce passage du XVe au XVIe siècle.

Il y a tant de magnifiques digressions dans cette œuvre, qu’elles en sont même l’essence et le principal propos ! Dans son récit, Bartolomé ne se prive pas de faire des commentaires, et de disserter sur de nombreux sujets qui incitent le lecteur à la méditation : à propos des livres, des cartes, des femmes, des oreilles (oui, des oreilles), de la prostitution, des noirs, etc. Et de l’ignorance, grand ennemi de l’humanité. Mes enfants, ne vous départez jamais, vous m’entendez, jamais, de cette Sainte Ignorance.

Bien sûr, ce livre traite aussi du rêve, sans lequel les trois célèbres caravelles n’auraient jamais quitté l’Espagne en direction de l’Ouest. Les bateaux ne partent pas que des ports, ils s’en vont poussés par un rêve. Ce qui nous ramène à cette évidence : l’imaginaire est un besoin vital de l’humanité, l’ingrédient indispensable sans lequel nul progrès n’est possible. D’où vient l’imaginaire, sinon de pays que nous ne connaissons pas encore ?

Je recommande ce livre à tous ceux qui rêvent, à tous ceux qui ont honte de rêver, et à tous ceux qui méprisent les rêveurs, ces indispensables guides de l’humanité…


Après le piratage de mon site, il m’a été impossible de remettre les anciens commentaires sous une forme “normale”. Je les recopie simplement ici :

Lutécia, le 12/04/2012

J’ai lu ces commentaires avec gourmandise. Je n’ai qu’une envie : lire ce livre qui m’apportera sûrement des informations inédites sur Christophe Colomb.

Marie-Jeanne, le 12/04/2012

Vraiment, ta chronique donne envie de lire le livre !