Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Londres, 1946. Juliet Ashton est une écrivaine jeune, jolie, qui a du succès, et qui est courtisée par un homme beau, riche et attentionné. Le hasard la met en relation avec un habitant de l’île de Guernesey, lequel fait allusion au Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates. Désireuse d’en savoir davantage, Juliet correspond avec les membres de ce remarquable club et se fait parmi eux de véritables amis. Elle apprend que ces gens ont terriblement souffert de l’occupation, et que cette partie de l’Histoire, passée inaperçue, est passionnante.

Dans le but d’écrire un livre à partir de ces témoignages, Juliet se rend à Guernesey, où elle va rencontrer bien plus que des amis…

Forme assez rarement employée, ce livre est tout entier constitué de la correspondance échangée par les différents personnages. Cette construction place en première ligne les relations entre les gens, leurs émotions, et les sentiments qui les unissent ou les séparent. Au fil des pages, on voit grandir l’amour de Juliet pour cette île, pour ces habitants, et pour une fillette dont elle ignorait l’existence quelques semaines auparavant.

Malgré la dureté de certains passages relatifs aux horreurs de la guerre, l’humour est extrêmement présent, par les petites réflexions entre amis, par les erreurs de certains personnages et la naïveté de certains autres. Grâce à son découpage en courtes missives (quand ce n’est pas un télégramme de quelques mots), ce livre se dévore très facilement.

Mary Ann Shaffer et Annie Barrows signent un bouquin très distrayant, écrit par des femmes, dont les principaux protagonistes sont des femmes, mais qui s’adresse aussi aux hommes.