Le symbole perdu

SymbolePerduJ’ai adoré ce bouquin ! Comme toujours avec Dan Brown, le lecteur est happé dès les premières pages. Il veut savoir ce qui va se passer au paragraphe suivant, puis au suivant, puis au suivant… et au chapitre d’après, et celui d’après… Et comme ces chapitres sont courts et au contenu dense, plein de rebondissements, comme ils se terminent, à l’instar des épisodes de feuilleton, sur une attente haletante… on tourne vite la page pour découvrir et dévorer la suite. Et lorsque la fin du livre arrive, le lecteur en est presque déçu, et il se rend compte alors que toute l’affaire, au bout du compte, se résume à quelques péripéties, mais que grâce à cette apparente simplicité, le plaisir est toujours immense. Cet auteur est vraiment un sorcier du best seller.

L’histoire se déroule autour de la franc maçonnerie. Afin de sauver la vie d’un de ses amis, Robert Langdon, le personnage fétiche de Dan Brown, se retrouve contraint de percer en quelques heures le fameux secret que les francs-maçons gardent jalousement depuis des siècles. Rien que ça ! Évidemment, le parcours est semé d’embûches, d’indices symboliques se rapportant aux mystères de la Bible, aux pyramides, aux carrés magiques, à des énigmes perdues depuis la nuit des temps.

L’ami de Langdon, Peter Salomon, a été enlevé par un dément qui veut connaître ces secrets dans un but terrifiant. Sa sœur s’en mêle, ainsi que la CIA, car la nation américaine est en danger.

Le final est éblouissant et atroce. Le déroulement de la quête est sidérant. Il y a tant de détails, tant de coïncidences, tant de démonstrations convaincantes que le lecteur ne peut douter une seconde que tout cela est la vérité.

En arrière-plan, on a droit à quelques considérations passionnantes sur la place de l’Homme dans l’univers, sa relation à Dieu, son évolution à travers les temps passés et sa projection dans le futur. Car, et cela n’est pas incompatible avec un livre d’aventures rocambolesques et capillotractées, ce livre incite vraiment à une réflexion qui est bien réelle. Bien sûr, le lecteur n’est pas obligé de jouer ce jeu-là, mais encourager les questions est (à mon avis) un des buts de la littérature. Dan Brown a presque inventé un nouveau genre : le roman mystique !

3 réflexions sur « Le symbole perdu »

  1. Etrangement, je lui préfère Maxime Chattam, mais ce n’est qu’une question de gout, tant je suis d’accord avec toi sur le fait que cet auteur là sait comment écrire des Best Seller et le fait très bien !

    • Je ne peux pas comparer, je n’ai rien lu de Maxime Chattam. Je ne suis pas du tout amateur de romans policiers, comme tu peux le voir ici.

  2. Je l’ai lu à sa sortie. Comme toi, j’ai adoré. Cet écrivain est
    sidérant dans sa façon de tenir son lecteur en haleine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *