Sur cette page sont regrou­pés quelques nou­velles sur des sujets divers et rela­ti­ve­ment sérieux. Cer­tains auraient pu être clas­sés en rubrique Humour, d’autres par­mi les mini­fic­tions, mais ils sont ici. C’est comme ça…

Maman les p’tits bateaux

Ce texte n’est pas une fic­tion, c’est un sou­ve­nir d’enfance. Il est dédié à ma maman, décé­dée le 17 juin 2017.

.

.


 

 

La clé des chants

SONY DSCMet­tez deux doigts de fan­tas­tique dans un grand verre de roman­tisme. Ajou­tez de l’eau de la Seine venue d’un pont pari­sien. Lais­ser mijo­ter… ser­vir chaud, mais pas trop.


Le jour où mon petit chat est mort

Ce texte a été Lau­réat d’un concours sur le thème des sou­ve­nirs d’enfance, et il a été publié dans un recueil aux Édi­tions du Bord du Lot.


La légende de Tristan Maison Rouge

Ce texte devait être radio­dif­fu­sé, mais l’émission a été annu­lée. La forme devait imi­ter celle des contes tra­di­tion­nels, la lon­gueur était impo­sée, ain­si que l’utilisation de cer­tains mots.


Cyber espoir

Les “réseaux sociaux” prennent de plus en plus de place dans notre monde. Pour ou contre, ils ne laissent per­sonne indif­fé­rents, et il devient dif­fi­cile d’y échap­per. Nul ne peut pré­tendre ne pas être concer­né par eux. Jusqu’où cela peut-il aller ?


Supra Lux

Je n’écris pas sou­vent de SF, mais là, je me suis lais­sé aller. Une p’tite his­toire de fran­chis­se­ment de la vitesse de la lumière, ça vous dit ?


Cendres

Les quatre élé­ments, l’air, le feu, la terre et l’eau. Cha­cun est sym­bo­li­que­ment asso­cié à une étape de la vie. Mais au bout du che­min, que reste-t-il ?


Le prix à payer

C’est l’image d’une femme idéa­li­sée et insai­sis­sable qui a été mon point de départ. L’histoire n’a pas grande impor­tance, elle est juste un pré­texte pour don­ner vie à cette créa­ture impos­sible, et par défi­ni­tion inac­ces­sible, quoi qu’on fasse.


Une brève histoire dans le temps

Si la machine à explo­rer le temps exis­te­ra un jour, alors elle existe déjà, puisque celui qui s’en sert dans le futur est for­cé­ment venu dans son pas­sé.


Reality game

Il y a tou­jours davan­tage de réa­lisme dans les jeux vidéo. Jusqu’où cela peut-il aller ?


La guerre, à la folie

Ce texte répond à un exer­cice auquel se sont prê­té plu­sieurs auteurs. Il s’agissait d’écrire à la pre­mière per­sonne la chose la plus hor­rible qu’on pou­vait ima­gi­ner, en se met­tant dans la peau du tor­tion­naire. J’ai ensuite ajou­té le second cha­pitre, afin de me pla­cer aus­si dans le rôle de la vic­time.


Train-train quotidien

Texte à contrainte. Il devait faire moins de 1000 mots et com­men­cer, à la manière de Proust, par “Long­temps je me suis…”


Pour Cassandra

Jusqu’où peut mener l’amour pour une femme ? Il peut jeter un homme à terre ou l’inciter à rejoindre le ciel… Ce texte a été lau­réat d’un (tout petit) concours.


La thanatophonie

Que se pas­se­rait-il s’il deve­nait pos­sible de com­mu­ni­quer avec les défunts aus­si faci­le­ment que l’on passe un coup de fil à un copain ou un proche ? Et si les tré­pas­sés pou­vaient appe­ler à leur tour un copain ou un proche, pour récla­mer, pour dénon­cer, ou pour har­ce­ler ?


Anna, un jour

Dans le cime­tière d’un vil­lage Basque, j’ai lu sur une pierre tom­bale ces trois mots : “Anna, un jour”. À en juger par la chro­no­lo­gie des autres ins­crip­tions, Anna aurait dû avoir une tren­taine d’années si elle n’avait vécu que ce que vivent les roses : du matin jusqu’au soir. J’ai eu envie d’imaginer la très courte vie d’Anna, mais en la déga­geant de la gangue de tris­tesse qui entoure la mort d’un enfant.


Le saut en longueur

Je me suis sou­ve­nu que, lorsque j’étais au col­lège, un pro­fes­seur avait mena­cé les élèves de ma classe d’une ter­rible puni­tion : devoir décrire, sur au moins trois pages, le saut en lon­gueur d’un ath­lète ! Je ne sais plus si à l’époque, l’un de nous a éco­pé de cet abo­mi­nable châ­ti­ment, mais après tant d’années, j’ai trou­vé l’idée inté­res­sante. Voi­ci donc un saut en lon­gueur quelque peu idéa­li­sé…


Le vieux prince

Un pilote en panne ren­contre dans le désert, un drôle de gar­çon qui lui réclame un des­sin de mou­ton… Ça vous rap­pelle quelque chose ? Ce n’est cepen­dant pas tout à fait la même his­toire, même si la res­sem­blance avec cer­tains per­son­nages n’est ni for­tuite ni invo­lon­taire.


Le prématuré

Yolan vient de mou­rir acci­den­tel­le­ment, et il décide de “faire une récla­ma­tion” pour ce décès pré­ma­tu­ré. Pas si facile…


La double vie de Roland

Roland com­mu­nique à tra­vers les siècles avec un de ses loin­tains ancêtres du XIIIe siècle, qui vit dans le cas­trum médié­val de Mont­sé­gur. Lui et ses com­pa­gnons de foi sont cer­nés par les armées croi­sées du Roi de France, et risquent le bûcher pour héré­sie. Beau­coup d’émotions avec une authen­tique tra­gé­die de l’histoire en toile de fond.


Le jardin

Dosia se retrouve face à face avec sa des­ti­née. Elle a la pos­si­bi­li­té de l’admirer ou de la détruire par caprice ou déso­béis­sance. Choi­si­ra-t-elle la même voie que sa mère ? Quel héri­tage lais­se­ra-t-elle à sa fille ?


La rue

Une petite para­bole sur la vie, un résu­mé sym­bo­lique de la nais­sance à la mort.


Vengeance à perpétuité

Un jour que la télé par­lait du énième salaud qui avait vio­lé et tué un enfant, j’ai dit à ma femme que si quelqu’un fai­sait du mal à mes gosses, je m’occuperai moi-même de lui, quitte à attendre 50 ans. Elle m’a fait remar­quer que ça fai­sait beau­coup… J’y ai pen­sé et ça a don­né cette his­toire.


Le Treizième tableau

Orpé est un artiste doué d’un pou­voir extra­or­di­naire, celui de pou­voir peindre des tableaux vivants, mais cela se fait au péril de sa vie. Sans égards pour lui, un monarque tyran­nique va abu­ser de la situa­tion pour son seul plai­sir.


Le piège

Texte pri­mé dans un concours. Les pre­mière et der­nière phrases étaient impo­sées, ain­si que la lon­gueur du texte.


Messages lumineux

Texte dédié à Lorène, jeune des­si­na­trice, en sou­ve­nir d’un échange sur l’instant et l’éternel…


Les voyages de Pierrick

Je ne sais plus com­ment j’ai ima­gi­né cette his­toire, qui mélange drame de la non com­mu­ni­ca­tion et humour cynique. Je ne l’aimais pas, je n’avais pas vrai­ment envie de la rédi­ger, mais elle conti­nuait à tour­ner dans ma tête. Alors, je l’ai écrite, mais en fai­sant le plus court pos­sible !


Fossile

Dans une expo­si­tion, je suis tom­bé en arrêt devant un crâne fos­si­li­sé Comme cela m’arrive sou­vent devant de telles reliques, je me suis mis à ima­gi­ner la vie de cet ani­mal, qui a vécu il y a si long­temps, qui est mort je ne sais com­ment, et dont les restes sont par­ve­nus à ce point pré­cis vers lequel nos routes ont conver­gé, ren­contre de quelques minutes par­mi les ères qu’il a tra­ver­sées.


Fumer peut tuer

Fumer peut pro­vo­quer des mala­dies graves, et même tuer. Mais pas for­cé­ment par le tabac.


Le premier jour

Il y a un début à tout. Une fin aus­si…


Déclaration d’amour

Une décla­ra­tion d’amour pas très tendre.


Le grand saut

Juste avant d’avancer réso­lu­ment vers l’inconnu.


Avec la peur au ventre

J’utilise par­fois l’écriture pour me mettre, à tra­vers mes per­son­nages, dans des situa­tions dont j’ignore tout. J’essaye alors de me pla­cer dans leur peau pour vivre autant que pos­sible ces évé­ne­ments et voir ce qui passe dans la tête du pro­ta­go­niste. Là, c’est vrai­ment une situa­tion extrême. Que res­sent-on dans un tel moment ?


L’envie

On a tou­jours envie de ce qu’on n’a pas. Fuite en avant…