Virgophanie"Virgophanie

La Vierge, la Sainte Vierge, était appa­rue, non fur­ti­ve­ment et à une ou deux pay­sannes incultes, mais au grand jour, à plu­sieurs reprises, sous les yeux de mil­liers de per­sonnes.

En soit, une telle visi­ta­tion est déjà un phé­no­mène extra­or­di­naire, sur­tout au XXIe siècle. Tou­te­fois, ce qui lais­sait per­plexes le pape et ses car­di­naux, était l’endroit où cela s’était pro­duit. En effet, l’événement avait eu lieu dans un des nom­breux bidon­villes qui cernent la ville de Cal­cut­ta, en Inde.

Si la Sainte Mère avait été vue au Vati­can, ou au moins en Ita­lie, à la rigueur en Europe, cela aurait sem­blé à peu près natu­rel. Au pire, en Amé­rique du Sud, où la fer­veur chré­tienne est très forte.

Mais en Inde !

C’était pour­tant bien au milieu de cette foule vive­ment colo­rée, bruyante, remuante, puante et sur­tout païenne, que la Vierge était venue.

Cer­tains avaient avan­cé l’hypothèse que, peut-être, éven­tuel­le­ment, pos­si­ble­ment… elle se serait trom­pée de des­ti­na­tion. Ça arrive tous les jours à des cen­taines d’usagers du métro. Sauf qu’évidemment, il était incon­ce­vable que la mère du Christ ait pu com­mettre la moindre erreur, fut-ce d’aiguillage. « Et pour­quoi pas aus­si oublier de com­pos­ter son billet ? », avait beu­glé le secré­taire d’État du Vati­can.

Bien sûr, il se trou­va des per­son­na­li­tés pour réfu­ter l’apparition ou contes­ter son authen­ti­ci­té, cepen­dant ça ne tenait pas. La Vierge venait tous les après-midi au milieu de ce caphar­naüm insa­lubre où des enfants ten­taient de sur­vivre en cher­chant de quoi man­ger dans les décharges à ciel ouvert. Là, chaque jour, des gosses mou­raient de faim, des adultes s’entretuaient pour un bout de pain moi­si, et les mala­dies fai­saient des vic­times par cen­taines. Pour­tant, avec une régu­la­ri­té de métro­nome, la Vierge s’y mon­trait dans une grande lumière, effec­tuait quelques gué­ri­sons, pro­non­çait des paroles de récon­fort, et repar­tait comme elle était venue. Le miracle avait été fil­mé, you­tu­bé, dif­fu­sé, dis­sé­qué, ana­ly­sé… c’en était bien un, aucun doute n’était per­mis.

« Mais pour­quoi là-bas, dans ce pays ? Il y a l’hindouisme, l’islamisme, le sikhisme, le boud­dhisme, divers cultes ani­mistes, des croyances dont on n’a jamais enten­du par­ler, et c’est là-bas, dans ce fou­toir de super­sti­tions, que la Vierge se pointe ! »

Le Saint-Père tour­nait en rond, sans com­prendre. On lui sug­gé­ra…

« Peut-être parce qu’il y a à cet endroit de très nom­breux dému­nis ? Sa sainte com­pas­sion s’est pré­sen­tée à ces néces­si­teux. »

Haus­se­ment des épaules papales.

« Elle nous l’aurait dit, on y aurait été nous-mêmes, c’était plus simple et ça lui évi­tait de se dépla­cer. En prime, on les aurait évan­gé­li­sés, ces sau­vages. »

Au bout de quatre ou cinq semaines, plus rien.

Brus­que­ment.

Les chaînes Inter­net en direct le mon­traient for­mel­le­ment : il n’y avait rien à mon­trer. Que dalle, nada, pas plus de Vierge à Cal­cut­ta que de pro­bi­té dans un cabi­net minis­té­riel. Un vent de panique souf­fla sur les réseaux sociaux, au siège du gou­ver­ne­ment indien, dans les bidon­villes concer­nés… Il n’y avait qu’au Vati­can qu’on se frot­tait les mains. Pen­dant dix minutes, le temps qu’un scoop se répande comme une traî­née de poudre : la Vierge était appa­rue à Pékin, place Tian’anmen.

« Mais pour­quoi là-bas ? » se lamen­ta dere­chef le Saint-Père. « Il y a le culte des ancêtres, le taoïsme, des croyances sans queue ni tête ! Alors, pour­quoi choi­sir ce pays ? »

Puis on lui com­mu­ni­qua une don­née ines­pé­rée. Depuis que les visites de la Sainte avaient com­men­cé, le nombre de demandes de bap­tême avait tri­plé dans le monde, et même octu­plé, en Inde. Bien­tôt, un phé­no­mène iden­tique se pro­dui­sit en Chine, où des files d’attente gigan­tesques, consti­tuées de mil­lions de Chi­nois dési­rant deve­nir chré­tiens, se for­mèrent devant les rares églises.

Six semaines plus tard, la Vierge mit le cap sur Tel-Aviv. En une hui­taine de jours, le judaïsme man­qua de dis­pa­raître, et ne dut sa sur­vie qu’à l’acharnement de quelques irré­duc­tibles rab­bins. Tous les autres s’étaient conver­tis au chris­tia­nisme. On se frot­tait tou­jours les mains au Vati­can, mais plus pour les mêmes rai­sons que pré­cé­dem­ment. L’Église enre­gis­trait la plus forte aug­men­ta­tion du nombre de fidèles depuis… Depuis la Pâque ori­gi­nelle.

La Sainte Vierge pour­sui­vit son périple, visi­tant suc­ces­si­ve­ment le Viet­nam, la Tur­quie, la Corée du Nord (où le dic­ta­teur local eut une crise car­diaque), l’Arabie Saou­dite (où son appa­ri­tion à La Mecque fut par­ti­cu­liè­re­ment remar­quée), le Japon, la Zam­bie, les États-Unis (pen­dant le Super Bowl), la Rus­sie…

En France, un homme sui­vait de très près ce qui se pas­sait. C’était un homme poli­tique. Il res­tait lon­gue­ment devant l’écran de son ordi­na­teur, sur­veillant avec une grande atten­tion les dépla­ce­ments de la Vierge, notant les chiffres rela­tifs au nombre de gens venus la voir, au nombre de conver­sions, aux lieux visi­tés…

Fina­le­ment, il réunit son équipe de pro­pa­gande, ses conseillers, son porte-parole, ses spé­cia­listes en mar­ke­ting… Il leur décla­ra qu’il ferait son pro­chain mee­ting élec­to­ral dans une ZSP au nord de Paris.

« Une Zone de Sécu­ri­té Prio­ri­taire, mon­sieur le Dépu­té ? Mais vous n’y pen­sez pas ! Ces quar­tiers ne sont qu’un repaire de délin­quants, de jeunes dro­gués, d’étrangers, de filles de mau­vaise vie… Faites plu­tôt comme d’habitude, réunis­sez nos mili­tants, par­lez devant des patrons, des ban­quiers…

— Non. À quoi bon pro­non­cer des dis­cours devant des gens qui nous sont déjà acquis ? À quoi bon perdre du temps à convaincre ceux qui sont déjà convain­cus ? Ce sont les autres, qu’il faut ame­ner à nous. On en a eu récem­ment un magni­fique exemple… »

C’est ain­si qu’une vierge révo­lu­tion­na la poli­tique.


Commentaire

Virgophanie — 10 commentaires

    • Je per­siste à pen­ser qu’elle devrait plu­tôt se poin­ter à la Mecque qu’à Lourdes. Ques­tion de mar­ke­ting. 🙂
      Pour l’hologramme, je retiens l’idée.

  1. Effec­ti­ve­ment, à Lourdes ça ne sert à rien. En revanche, j’y ver­rais bien une petite contre-offen­sive, une petite appa­ri­tion de Kri­sh­na par exemple.

    Juste une ques­tion : “l’islamisme”, c’est pour sou­li­gner le point de vue exces­sif du Vati­can?

    Dis donc, Claude, et toi, la Vierge, tu l’as vue?

    • Kri­sh­na n’a pas pu être pré­ve­nu à temps, il n’y avait pas de réseau. « L’islamisme », c’était pour le rythme audi­tif : 4 « isme » de suite.
      Quant à la vierge (sa majus­cule) que j’aurais vue… à mon âge, je pré­fère l’expérience et le savoir-faire. 😳

  2. Sym­pa ce récit, mais peu conforme à la théo­lo­gie chré­tienne cepen­dant : les appa­ri­tions (si tant est qu’elles soient réelles) n’ont jamais eu pour but de conver­tir les masses. Relire, à ce pro­pos, le pas­sage des Évan­giles où il est ques­tion des appa­ri­tions de Jésus, notam­ment à Tho­mas.
    Sinon, j’imagine bien un Mélen­chon en train de convaincre les grands patrons, et un Fillon prê­chant dans les cités per­dues… Ce serait rigo­lo.

    • Mais… dans mon his­toire, rien ne dit que ces appa­ri­tions ont pour but de conver­tir les masses. 😉 C’est un effet secon­daire.
      C’est en effet en ima­gi­nant des scènes de mee­ting poli­tique inver­sé que j’ai eu l’idée de ce récit. Je suis par­ti de la fin.

  3. Ah lala­la, y a de la pub vrai­ment par­tout et pour tout 😆 mais si la Vierge a pu allu­mer une lumière en poli­tique, alors il n’y à rien d’autre a dire que Amen. 😉
    Bon dimanche et à bien­tôt

    • Après tout, la poli­tique se mêle bien sou­vent d’affaires qui ne devraient concer­ner que les reli­gieux. Alors… 🙄

  4. Ben, moi, je la com­prends, la Vierge. Elle vou­lait pas­ser des vacances sans être constam­ment apos­tro­phée pour une hos­tie-graphe, une Sel­fi­cône, une pater de cam­pagne électorale,et j’en passe.
    Pas de bol, aujourd’hui, quand on est Vierge, pour pas­ser inaper­çu, il faut se dam­ner (tout le monde suit ?).
    Tout de même, on ne sou­haite pas ça la sainte Vierge!

    Bon, tout ça pour dire que j’ai bien aimé ta mini-fic­tion, mon­sieur Claude.

    Bisous baveux vierges de tout virus (enfin… je crois.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *