Virgophanie"Virgophanie

La Vierge, la Sainte Vierge, était apparue, non furtivement et à une ou deux paysannes incultes, mais au grand jour, à plusieurs reprises, sous les yeux de milliers de personnes.

En soit, une telle visitation est déjà un phénomène extraordinaire, surtout au XXIe siècle. Toutefois, ce qui laissait perplexes le pape et ses cardinaux, était l’endroit où cela s’était produit. En effet, l’événement avait eu lieu dans un des nombreux bidonvilles qui cernent la ville de Calcutta, en Inde.

Si la Sainte Mère avait été vue au Vatican, ou au moins en Italie, à la rigueur en Europe, cela aurait semblé à peu près naturel. Au pire, en Amérique du Sud, où la ferveur chrétienne est très forte.

Mais en Inde !

C’était pourtant bien au milieu de cette foule vivement colorée, bruyante, remuante, puante et surtout païenne, que la Vierge était venue.

Certains avaient avancé l’hypothèse que, peut-être, éventuellement, possiblement… elle se serait trompée de destination. Ça arrive tous les jours à des centaines d’usagers du métro. Sauf qu’évidemment, il était inconcevable que la mère du Christ ait pu commettre la moindre erreur, fut-ce d’aiguillage. « Et pourquoi pas aussi oublier de composter son billet ? », avait beuglé le secrétaire d’État du Vatican.

Bien sûr, il se trouva des personnalités pour réfuter l’apparition ou contester son authenticité, cependant ça ne tenait pas. La Vierge venait tous les après-midi au milieu de ce capharnaüm insalubre où des enfants tentaient de survivre en cherchant de quoi manger dans les décharges à ciel ouvert. Là, chaque jour, des gosses mouraient de faim, des adultes s’entretuaient pour un bout de pain moisi, et les maladies faisaient des victimes par centaines. Pourtant, avec une régularité de métronome, la Vierge s’y montrait dans une grande lumière, effectuait quelques guérisons, prononçait des paroles de réconfort, et repartait comme elle était venue. Le miracle avait été filmé, youtubé, diffusé, disséqué, analysé… c’en était bien un, aucun doute n’était permis.

« Mais pourquoi là-bas, dans ce pays ? Il y a l’hindouisme, l’islamisme, le sikhisme, le bouddhisme, divers cultes animistes, des croyances dont on n’a jamais entendu parler, et c’est là-bas, dans ce foutoir de superstitions, que la Vierge se pointe ! »

Le Saint-Père tournait en rond, sans comprendre. On lui suggéra…

« Peut-être parce qu’il y a à cet endroit de très nombreux démunis ? Sa sainte compassion s’est présentée à ces nécessiteux. »

Haussement des épaules papales.

« Elle nous l’aurait dit, on y aurait été nous-mêmes, c’était plus simple et ça lui évitait de se déplacer. En prime, on les aurait évangélisés, ces sauvages. »

Au bout de quatre ou cinq semaines, plus rien.

Brusquement.

Les chaînes Internet en direct le montraient formellement : il n’y avait rien à montrer. Que dalle, nada, pas plus de Vierge à Calcutta que de probité dans un cabinet ministériel. Un vent de panique souffla sur les réseaux sociaux, au siège du gouvernement indien, dans les bidonvilles concernés… Il n’y avait qu’au Vatican qu’on se frottait les mains. Pendant dix minutes, le temps qu’un scoop se répande comme une traînée de poudre : la Vierge était apparue à Pékin, place Tian’anmen.

« Mais pourquoi là-bas ? » se lamenta derechef le Saint-Père. « Il y a le culte des ancêtres, le taoïsme, des croyances sans queue ni tête ! Alors, pourquoi choisir ce pays ? »

Puis on lui communiqua une donnée inespérée. Depuis que les visites de la Sainte avaient commencé, le nombre de demandes de baptême avait triplé dans le monde, et même octuplé, en Inde. Bientôt, un phénomène identique se produisit en Chine, où des files d’attente gigantesques, constituées de millions de Chinois désirant devenir chrétiens, se formèrent devant les rares églises.

Six semaines plus tard, la Vierge mit le cap sur Tel-Aviv. En une huitaine de jours, le judaïsme manqua de disparaître, et ne dut sa survie qu’à l’acharnement de quelques irréductibles rabbins. Tous les autres s’étaient convertis au christianisme. On se frottait toujours les mains au Vatican, mais plus pour les mêmes raisons que précédemment. L’Église enregistrait la plus forte augmentation du nombre de fidèles depuis… Depuis la Pâque originelle.

La Sainte Vierge poursuivit son périple, visitant successivement le Vietnam, la Turquie, la Corée du Nord (où le dictateur local eut une crise cardiaque), l’Arabie Saoudite (où son apparition à La Mecque fut particulièrement remarquée), le Japon, la Zambie, les États-Unis (pendant le Super Bowl), la Russie…

En France, un homme suivait de très près ce qui se passait. C’était un homme politique. Il restait longuement devant l’écran de son ordinateur, surveillant avec une grande attention les déplacements de la Vierge, notant les chiffres relatifs au nombre de gens venus la voir, au nombre de conversions, aux lieux visités…

Finalement, il réunit son équipe de propagande, ses conseillers, son porte-parole, ses spécialistes en marketing… Il leur déclara qu’il ferait son prochain meeting électoral dans une ZSP au nord de Paris.

« Une Zone de Sécurité Prioritaire, monsieur le Député ? Mais vous n’y pensez pas ! Ces quartiers ne sont qu’un repaire de délinquants, de jeunes drogués, d’étrangers, de filles de mauvaise vie… Faites plutôt comme d’habitude, réunissez nos militants, parlez devant des patrons, des banquiers…

— Non. À quoi bon prononcer des discours devant des gens qui nous sont déjà acquis ? À quoi bon perdre du temps à convaincre ceux qui sont déjà convaincus ? Ce sont les autres, qu’il faut amener à nous. On en a eu récemment un magnifique exemple… »

C’est ainsi qu’une vierge révolutionna la politique.


Commentaire

Virgophanie — 10 commentaires

    • Je persiste à penser qu’elle devrait plutôt se pointer à la Mecque qu’à Lourdes. Question de marketing. 🙂
      Pour l’hologramme, je retiens l’idée.

  1. Effectivement, à Lourdes ça ne sert à rien. En revanche, j’y verrais bien une petite contre-offensive, une petite apparition de Krishna par exemple.

    Juste une question : « l’islamisme », c’est pour souligner le point de vue excessif du Vatican?

    Dis donc, Claude, et toi, la Vierge, tu l’as vue?

    • Krishna n’a pas pu être prévenu à temps, il n’y avait pas de réseau. « L’islamisme », c’était pour le rythme auditif : 4 « isme » de suite.
      Quant à la vierge (sa majuscule) que j’aurais vue… à mon âge, je préfère l’expérience et le savoir-faire. 😳

  2. Sympa ce récit, mais peu conforme à la théologie chrétienne cependant : les apparitions (si tant est qu’elles soient réelles) n’ont jamais eu pour but de convertir les masses. Relire, à ce propos, le passage des Évangiles où il est question des apparitions de Jésus, notamment à Thomas.
    Sinon, j’imagine bien un Mélenchon en train de convaincre les grands patrons, et un Fillon prêchant dans les cités perdues… Ce serait rigolo.

    • Mais… dans mon histoire, rien ne dit que ces apparitions ont pour but de convertir les masses. 😉 C’est un effet secondaire.
      C’est en effet en imaginant des scènes de meeting politique inversé que j’ai eu l’idée de ce récit. Je suis parti de la fin.

  3. Ah lalala, y a de la pub vraiment partout et pour tout 😆 mais si la Vierge a pu allumer une lumière en politique, alors il n’y à rien d’autre a dire que Amen. 😉
    Bon dimanche et à bientôt

    • Après tout, la politique se mêle bien souvent d’affaires qui ne devraient concerner que les religieux. Alors… 🙄

  4. Ben, moi, je la comprends, la Vierge. Elle voulait passer des vacances sans être constamment apostrophée pour une hostie-graphe, une Selficône, une pater de campagne électorale,et j’en passe.
    Pas de bol, aujourd’hui, quand on est Vierge, pour passer inaperçu, il faut se damner (tout le monde suit ?).
    Tout de même, on ne souhaite pas ça la sainte Vierge!

    Bon, tout ça pour dire que j’ai bien aimé ta mini-fiction, monsieur Claude.

    Bisous baveux vierges de tout virus (enfin… je crois.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *