SaisieSaisie

— Bon­jour. Je suis Maître Jau­nisse, huis­sier de jus­tice. Je viens pro­cé­der à une sai­sie sur les effets du sieur Boni­face Debouc.

— C’est moi. Enchan­té.

— De même. Per­met­tez que j’entre ?

— Non.

— Non ?

— Non. Ques­tion de sécu­ri­té élé­men­taire : ne jamais faire entrer quelqu’un qu’on ne connait pas. On ne sait jamais quels méfaits il pour­rait com­mettre.

— Mais vous me connais­sez, à pré­sent. Je me suis pré­sen­té, ain­si que les faits qui m’amènent.

— En effet, mais c’est très insuf­fi­sant. Connaître l’autre, c’est connaître ses craintes, ses pas­sions, et les faits qui lui sont impu­tés. Entre autres.

— Qu’est-ce que ça fait ? Que vou­lez-vous dire ?

— C’est un fait : Je ne peux pas vous lais­sez entrer sans connaître quelques faits sur vous.

— Je ne sai­sis pas…

— Ça tombe bien.

— Pour­quoi ?

— Parce que moi non plus. Je ne sai­sis pas le but de votre démarche. Vous venez sai­sir, c’est bien ça ?

— En effet. Je viens sai­sir vos effets.

— À mon âge, il y a long­temps que je ne fais plus d’effet. Mais pour­quoi insis­ter à vou­loir sai­sir, alors que, vous venez de le dire, vous ne sai­sis­sez pas ?

— C’est ce que je fais car c’est mon métier, mon­sieur.

— De sai­sir ?

— En effet.

— Ça recom­mence ! Quelle insis­tance !

— Quelle insis­tance ?

— Par­don ? Je ne sai­sis plus.

— Ça signi­fie que je viens prendre.

— Prendre quoi ? Mes effets ?

— Mais qu’est-ce que j’ai fait ?

— Vous ne vous sen­tez pas bien ? Sai­sis­sez la rampe.

— Ce n’est pas la rampe que je suis venu sai­sir, ce sont…

— …mes effets, j’ai sai­si.

— Ah, vous avez sai­si !

— En effet.

— C’est un fait.

— Non, une sai­sie.

— Je me sens las.

— Où ?

— Là.

— En effet. Vous êtes pâle. Vou­lez-vous ma main ?

— Ce n’est pas votre main que je suis venu deman­der, quel méfait !

— Je vou­lais dire : vou­lez-vous sai­sir ma main ?

— Non, vos effets…

— Je sai­sis de moins en moins…

— Moi de même.

— …alors, repas­sez quand les faits seront plus clairs.


Commentaire

Saisie — 8 commentaires

  1. Ah oui, effec­ti­ve­ment, il y a du Devos dans cette sai­sie.
    Et c’est excellent.

    Curieux comme le nom de cet huis­sier me parle… 😉

  2. Excellent !!! Tout est dit ! Dom­mage que les huis­siers aux­quels j’ai eu à faire dans ma vie n’aient pas eu autant d’humour !!!
    Mer­ci Claude, je revien­drai…

  3. Mar­rant ! Entre Devos ou Frères enne­mis…
    Ce qui est drôle, voire étrange, c’est que j’ai ter­mi­né un dia­logue un peu lon­guet dans la même veine, en chan­tier depuis un bail, mais sur un autre sujet. Les muses seraient-elles taquines et voya­geuses ?
    Ce texte est extra 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *