Fais le beauFais le beau

« Fais le beau », qu’elle dit. Et moi, comme un imbécile, je pose mes fesses sur le carrelage froid, je me dresse en équilibre précaire à peu près à la verticale, je mets mes pattes de devant à hauteur de ma poitrine dans un geste grotesque, et je tire la langue le plus possible parce que je sais que ça la fait craquer. Comme je me sens en forme, en prime, j’incline la tête sur le côté, laissant pendouiller l’oreille correspondante.

Si ma mère me voyait…

Si elle me voyait, elle serait fière de moi, c’est elle qui m’a incité à jouer le jeu et à faire ce genre de pitreries ridicules. Mais j’ai jamais été d’accord. J’ai obtempéré parce que c’était le règlement, c’est tout.

« Qu’il est beau, qu’il est fort, mon Toutou à moi », qu’elle dit en roucoulant. Elle s’approche et me tend le su-sucre que je croque goulûment, comme il est prévu que je fasse. J’essaie d’en perdre le maximum en soufflant, ça fera toujours ça en moins dans mon ventre. Faut pas manger trop gras, trop sucré, trop salé, il parait. Mais les chiens, on s’en tape ! C’est pas grave s’ils chopent du cholestérol, des lipides et d’autres trucs dégueulasses. L’important, c’est qu’ils fassent le beau pour amuser la maîtresse.

Et elle s’amuse, la maîtresse ! Faut la voir rigoler. Elle s’approche avec sa bouche peinturlurée de rouge pétard puant. Parce qu’avec mon odorat canin, je vous affirme que ça schlingue grave, tous les produits qu’elle se tartine sur la figure. Pour faire la belle, elle aussi !

« Tiens, un gros poutou *smack* pour mon toutou ! » Et crac, en plus, j’ai droit à ma part de rouge, moi aussi. Sur la tête, là où je peux rien faire pour l’enlever d’un coup de langue.

« Qu’il est intelligent, mon chien-chien à moi ! »

Alors, celle-là, c’est ma préférée ! Montrez la plus totale absence d’initiative, obéissez aux ordres en les prenant au pied de la lettre et en les exécutant de la manière la plus stupide possible, acceptez docilement un look ridicule et sans originalité, et on vous trouvera intelligent.

Quoi, vous pensez que ça ne concerne que les chiens ? Pas du tout. Imitez quelqu’un, votre chef, par exemple. Faites tout ce que vous pouvez pour lui ressembler, même s’il a l’air idiot, soumettez-vous à ses directives sans discuter, sans les remettre en question et surtout sans réfléchir, et il vous trouvera intelligent. Vous aurez même de l’avancement, avec un peu de patience.

C’est comme ça que j’ai tout ce que je veux, moyennant le sacrifice de mon amour-propre.

Finalement, elle a peut-être raison : je suis intelligent.


Commentaire

Fais le beau — 8 commentaires

  1. Un texte que j’aurais pu écrire tellement je l’éprouve comme un de mes jugements. Seulement…, seulement, combien d’humains n’ont pas la plus petite conscience qu’ils agissent pour recevoir un su-sucre et avoir la paix à n’importe quel prix ?

  2. Je sais pas si Lassie, Rantanplan (quoique) et surtout Barry seraient content ni surtout d’accord… et ils sont (étaient) pas stupides pour autant…J’adore, surtout le comparatif avec le chef de service ! Merci Claude et un bel été à toi (suite)…

  3. C’est pas ton style mais tu le fais bien. On finit par rentrer dans le moule ou non pour faire plaisir à notre maîtresse.

  4. Une vie de chien, un temps de chien, même pas un os à ronger !

    M’en fou d’être un tel ijan…

    La chienne de maîtresse, j’me la forais bien…

  5. Quelle justesse dans ta réflexion mon Claude !
    C’est peut-être pour cette raison que je ne serais jamais chef… je n’aime pas les su-sucre à sa mèmère !

  6. …!!! Ha, c’est bien mon avis aussi! Et je pense encore souvent, en croisant un petit « chien-chien » qui me regarde, qu’il se demande bien si j’ai « quelqu’intelligence »! Merci à toi Claude, c’est tellement bien vu, j’en ris encore!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *