037-AVosSouhaitsÀ vos souhaits

Lauriane est en train de chiner aux puces. Elle trouve une drôle de lampe orientale et la frotte un peu pour en ôter la poussière. Un génie en sort ? C’est incroyable ! C’est pas possible ! C’est à moi que ça arrive ! pense-t-elle.

Elle a droit aux trois vœux réglementaires et elle en trépigne de joie. Elle imagine d’avance tous les garçons qu’elle aura à ses pieds, les monceaux de fric qu’elle pourra dépenser, les îles qu’elle possèdera, les tas de bijoux dont elle s’ornera…

Doucement, ma fille, se dit-elle. Trois vœux, finalement, c’est peu. Par exemple : les garçons, le fric, les îles et les bijoux, ça fait déjà quatre, et ce n’est que le début de ma liste d’envies. Alors, faut bien réfléchir, faut y aller sans précipitation, et tirer le maximum de cette occasion qui ne se reproduira plus.

Il faut procéder avec ordre et organisation, c’est-à-dire commencer par le premier vœu. Ça paraît évident, mais il ne faut rien négliger.

Admettons donc que pour le premier vœu, je demande à rencontrer un prince charmant. Il va m’envoyer qui, le génie ? Un prince héritier, sans doute. Mais je dois faire gaffe à chaque mot. Si je lui dis que je veux le rencontrer… je vais juste le rencontrer. Ou alors, il sera déjà pris. Ou alors, prince d’un petit bout de terrain. Ou alors, jaloux, ou chiant, ou vieux, ou trop idiot, ou trop malin, ou tout ça à la fois.

Lauriane se rend compte que faire un vœu n’est pas aussi simple que cela semble. Elle sait ce qu’elle souhaite, bien sûr, et depuis longtemps, mais elle bute sur la formulation précise de sa requête, sur l’expression exacte de son désir.

Je vais lui dire que je veux un jeune homme charmant, célibataire, avec un QI de 100, pas possessif et qui aime faire la fête.

Elle réfléchit bien, ne trouve nulle faille dans sa demande, et la répète au génie.

Un homme apparait dans un nuage de fumée, en tout point conforme à l’idée de Lauriane. Il est craquant.

Mais il la regarde d’un air détaché. Tu sais, chérie, faut que je te dise… je préfère les garçons.

Lauriane a l’impression que ses bras tombent. Elle a oublié l’essentiel, le détail qui va de soi ! OK, ressaisis-toi, ma file. Laisse courir et passe au suivant. Le second vœu : du fric, beaucoup de fric.

Là, je ne vois pas de difficulté, ni quel malentendu peut se glisser sournoisement dans la prière pour la transformer en catastrophe. Peut-être vaudrait-il mieux indiquer une somme précise ? D’accord, je vais annoncer dix… non, cent… non, mille… non… encore davantage. Zut, je ne sais pas comment ça se prononce, tous ces zéros ! Je vais dire que j’en veux autant qu’il y a d’étoiles dans la galaxie. Pas bête, ça ! Eh, génie ! Je veux de l’argent, et j’en veux autant qu’il y a d’étoiles dans la galaxie !

Un énorme tas de pièces apparaît dans un nuage de fumée. Il est large comme un camion, dix fois plus haut que Lauriane, qui saute de joie et s’approche. Ça brille comme de l’or…

Eh, génie ! C’est quoi, ces pièces ? C’est quoi, cette monnaie ?

Il répond : Ce sont des pièces Himyarites, en cuivre. Je ne connais que cette monnaie, elle est de mon époque.

Les bras de Lauriane en tombent encore plus bas.

C’est pas vrai, non mais c’est pas vrai ! Qu’est-ce que je vais faire de ce tas de ferraille ?

Il me reste un vœu, et celui-là, je t’assure que je le louperai pas. Je laisse de côté les îles, tant pis. Quant aux bijoux, c’est trop compliqué, je me retrouverai avec un truc foireux une fois de plus… Je sais ! Du pouvoir ! Avec ça, j’aurai le fric et les mecs en prime, c’est malin, hein ? Mais cette fois, faut pas que je me plante. Je vais demander à être la première dame de France. C’est pas qu’il soit très beau gosse, notre président, mais tant pis, j’aurais des compensations.

Nuage de fumée.

C’est tout.

Ça y est ? Je suis la première dame de France ?

Lauriane cherche dans son sac. Sa carte d’identité. Elle regarde le nom : Aanor AABE.

Qu’est-ce que c’est que cette c… Je suis la première de France, mais par ordre alphabétique !

Lauriane se secoue et sort brusquement de sa rêverie. Elle a toujours la drôle de lampe orientale à la main, et elle est toujours aussi poussiéreuse.

Alors, ma petite dame, vous l’achetez ou vous l’achetez pas, cette lampe ?

Elle hésite encore, sans trop savoir pourquoi.

Allez-y, ma petite dame, il y a un génie, dedans. Il vous exaucera trois vœux !

Le vendeur sourit. Lauriane sourit aussi, repose la lampe et s’éloigne.

Faut que j’arrête de délirer toute seule…


Commentaire

À vos souhaits — 5 commentaires

  1. Très amusant. Très réaliste aussi pour apprendre a s’exprimer de manière claire et précise à des personnes qui n’ ont pas toujours la même vision que nous..

  2. mmmmm il y a de quoi écrire un roman entier… ça me fait bien envie ! Je crois que je vais demander au bon génie d’exaucer le vœux suivant : avoir presque autant de talent que toi hahahahaha !
    Excellemment bien écrit, comme d’hab !

  3. …Qui disait, déjà : “Le bonheur, c’est désirer ce que l’on a”? Mais comme toujours, c’est tellement bien écrit que celle qui se débat avec ses quelques mots pour construire un poème a bien envie de rencontrer “l’exauceur” de voeux ! Merci Claude !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *