Voi­ci quelques textes écrits sur un ton humo­ris­tique. C’est un genre déli­cat, car ce qui fait sou­rire cer­tains peut sem­bler stu­pide à d’autres, et inver­se­ment.

Dans un magasin de porcelaine

ImagePas une mini, mais une maxi­fic­tion, pour une fois. C’est pareil, en plus long.


Empereur

Cette nou­velle est ma par­ti­ci­pa­tion au recueil Tout quit­ter.


Le divorce

Un divorce, c’est comme un mariage… mais à rebours. Alors, pour­quoi ne pas faire les mêmes choses à l’envers ?


Le trou sur la place, près du chêne

Un beau matin, les habi­tants d’un vil­lage découvrent un trou au milieu de la place, près du chêne. L’incident prend une impor­tance consi­dé­rable. Qui a fait ce trou ? Com­ment ? Dans quel but ? Cha­cun s’interroge, s’inquiète et se méfie. L’enquête com­mence…


Un beau métier

Je ne lis jamais d’histoire poli­cière, alors j’ai eu envie d’en écrire une, mais en pre­nant le thème à contre-pied. J’en ai fait une cari­ca­ture, essayant de repro­duire la nar­ra­tion à la pre­mière per­sonne des polars et des romans noirs, noyée dans un bain d’humour déli­rant.


Mise à jour

Il y a des mises à jour pour presque tout. Les logi­ciels, les cartes GPS, les ver­sions de télé­phones por­tables, les pres­ta­tions des four­nis­seurs d’accès à Inter­net… Et s’il était pos­sible de mettre à jour son exis­tence, en choi­sis­sant les options ?


Les trois textes sui­vants ne sont pas vrai­ment une suite, mais ils s’enchaînent bien…

 

Au dernier jour…

Au pre­mier jour, Dieu a créé la Terre et les Cieux. Les jours sui­vants, Il a fait les ani­maux, les végé­taux, et pas mal d’autres choses Mais cette belle méca­nique s’est enrayée, et Dieu doit prendre les mesures qui s’imposent.


Dieu s’agenouilla, il commença une prière

La situa­tion de l’humanité est tel­le­ment déses­pé­rée que Dieu Lui-même décide d’adresser une prière aux hommes.


Surmenage

Quelqu’un m’a fait remar­qué que Dieu doit être sou­vent débor­dé, avec tout le bou­lot qu’il a.


Ascenseur en panne

À par­tir d’une idée stu­pide, j’ai pon­du ce texte déli­rant. C’est une his­toire sans queue ni tête, qui se ter­mine en queue de pois­son. Voi­là, c’est dit, alors ne venez pas me repro­cher ce genre de défauts. J’ai fait exprès, j’avais envie de m’amuser un peu !


Pléonasmes redondants

Le pléo­nasme redon­dant étant une cala­mi­té catas­tro­phique qui par­fois s’insère et s’introduit dans nos textes, je lui dédis cet écrit qui est un appel à la mobi­li­sa­tion géné­rale de tous contre ce fléau. Il y a 61 péris­so­lo­gies dans ce texte à ne pas prendre au sérieux, même pour rire…


Armaelle la coquette

Il est très dan­ge­reux de se pro­me­ner de nuit sur la lande bre­tonne. Des kor­rils y vivent, nains cor­nus et extrê­me­ment sus­cep­tibles, prêts à entraî­ner le visi­teur dans une ronde mor­telle autour des pierres dres­sées. Bien sûr, le pire est à craindre lorsqu’une jeune fille décide de voler leur tré­sor. Mais dans cer­tains cas, les consé­quences peuvent ne pas être si ter­ribles…


Tout s’achète

Cer­tains croient qu’on peut tout ache­ter. Cer­tains en auraient même les moyens. Et si l’un d’eux ima­gi­nait d’acheter une vie de rem­pla­ce­ment, comme on fait faire un double des clés, en cas de perte ?


Les songes de Peiral

Au cours d’une soi­rée trop arro­sée, Pei­ral a fait un pari stu­pide : atti­rer dans la forêt une per­sonne du Grand Peuple. La Saint Jean arrive, c’est le grand jour. Dans quelques heures, le jeune far­fa­det sau­ra s’il a réus­si…


Le cheval et le dragon

Faire de l’humour n’est pas une chose aisée, bien au contraire. J’ai tout de même ten­té le coup, avec cette paro­die de conte. Il y a un che­va­lier, une prin­cesse à sau­ver, un affreux dra­gon, un méchant sor­cier, tout ce qu’il faut. Je me suis vrai­ment mar­ré en l’écrivant, j’espère que le plai­sir du lec­teur sera au même niveau…


Le myrmécologue

Ren­contre avec une four­mi. Une four­mi ? Oui, une four­mi…


La valse des heures

À quatre heures du matin, j’avais déjà les yeux grands ouverts, et je ne par­ve­nais pas à me ren­dor­mir. J’ai pen­sé qu’à force de regar­der l’heure, j’allais finir par l’user. Ça m’a ins­pi­ré, je me suis levé et j’ai écrit ceci.


Perte de patience

En sor­tant mon trous­seau de clés de ma poche d’une seule main, l’autre étant prise, je me suis retrou­vé avec un sac de nœuds d’où je n’arrivais pas à tirer la bonne clé. Ça m’a ins­pi­ré…