Foire du livre de Brive 2019

Pour rien au monde je ne raterais, début novembre, la Foire du livre de Brive. J’y ai passé la journée d’hier en compagnie de ma femme. C’est un bain de foule, une bousculade qui dure des heures, qui peut en rebuter certains, mais qui ne me dérange pas. Pour moi, la multitude, c’est la vie.

Comme chaque année, les auteurs étaient là pour présenter leur dernière œuvre, sortie en général à l’occasion de la rentrée littéraire. Cette foire a lieu le week-end qui suit la remise des principaux prix, et cela n’est pas par hasard. Cette année, elle s’est déroulée quelques mois avant les élections municipales, et il y avait encore plus d’individus politiques que d’habitude, de tous les bords. Je ne citerai aucun nom pour ne pas faire une pub dont aucune de ces personnes n’est digne.

Cette manifestation attire aussi beaucoup de figures publiques : télé, ciné, chanson et autres. J’ai eu l’occasion d’apercevoir le célèbre Jammy, de C’est pas sorcier, Fabienne Thibeault, Nelson Monfort, Anny Duperey, Jacques Pradel, Jean-Michel Jarre, Christian Rauth… Je n’ai pas manqué de faire un détour par le stand de Chloé Nabédian, la ravissante demoiselle météo.

Toutefois, le plus important était le monde littéraire, c’est pour lui que j’étais venu, surtout pour croiser les auteurs, car pour ce qui est des livres… j’ai une librairie à 300 mètres de chez moi !

Isabelle Duquesnoy

J’ai fait la connaissance d’Isabelle Duquesnoy, avec qui j’ai échangé plusieurs messages au cours des deux ou trois dernières années, sans l’avoir jamais rencontrée. Je vous reparlerai prochainement de son dernier livre, La redoutable Veuve Mozart, et elle m’a appris qu’une suite de L’Embaumeur allait paraître dans quelques mois.

Michaël Launay

J’ai également échangé quelques mots avec le sympathique Mickaël Launay. Il n’écrit pas de fiction, mais des livres fascinants sur les mathématiques, mettant à la portée de tous l’extraordinaire poésie contenue dans cette discipline où beaucoup ne voient qu’une science aride. Pour preuve, son dernier livre, Le théorème du parapluie. Mickaël s’occupe aussi d’une chaîne YouTube, Micmaths, où il effectue le même magnifique travail de vulgarisation avec humour. Il est dans la vie comme dans ses vidéos : décontracté, souriant, léger.

J’ai discuté avec l’auteur portugais José Rodriguès dos Santos, qui parle très bien notre langue, et qui m’a confié que dans son dernier roman, L’homme de Constantinople, il n’a pas mis en scène Tomás Noronha, le personnage principal de TOUS ses précédents bouquins, que j’ai tous lus.

Jean-Claude Lalumière

Quelle n’a pas été ma surprise d’être abordé par un auteur qui m’a reconnu ! Il s’agit de Jean-Claude Lalumière, qui écrit des livres pleins d’humour avec qui j’avais échangé plusieurs messages il y a neuf ans. Quelle mémoire ! Nous reparlerons bientôt de son dernier livre, Reprise des activités de plein air.

Deux Sylvain ont brillé pendant cette rentrée littéraire. Tesson a eu le Renaudot avec La panthère des neiges et Prudhomme le Femina avec Par les routes. Tous deux étaient présents dans les allées de cette foire.

Victoria Mas

Je tenais à me procurer le livre de Victoria Mas, dont j’ai entendu dire beaucoup de bien. C’est Le bal des folles, dont l’action se passe à la Salpêtrière à Paris, un quartier que j’ai beaucoup fréquenté lors de ma jeunesse parisienne. Plaisir de découvrir une auteure charmante et passionnée par son sujet, avide à l’évidence d’aller à la rencontre des lecteurs.

Après bien des hésitations (car mon budget déjà mis à mal n’est pas extensible à l’infini), je me suis dirigé vers Laurent Binet qui vient d’obtenir le Grand prix du roman de l’Académie française pour son uchronie Civilization, qui est, paraît-il, à la fois captivante, drôle et érudite.

Laurent Binet

Et tous ceux que je n’ai fait que croiser : Franck Bouysse, Sorj Chalandon, Jérôme Loubry, Érik L’Homme, Marc Levy, Jean Teulé, Emmanuelle Favier, Emmanuelle Urien, Sébastien Spitzer, Jim Fergus, Amélie Nothomb, Alexis Michalik, Bernard Werber, Franck Pavloff, Yasmina Khadra, Irène Frain, Aurélie Valogne, Jean D’Aillon, Jean-Guy Soumy, Virginie Grimaldi, Romain Puertolas, Katherine Pancol, Lætitia Colombani, Mazarine Pingeot, Yann Queffélec.

Vivement l’année prochaine que j’y retourne…

Foire du livre de Brive 2018

C’est désormais une habitude, mais ce ne sera jamais une routine : début novembre, je me rends à la Foire du Livre de Brive, dont j’apprécie l’ambiance de passionnés et la disponibilité des auteurs rencontrés. Comme l’an dernier, j’étais accompagné de mon fils aîné Damien.

Adeline Dieudonné

J’aurai pu l’avoir depuis longtemps, car on le trouve absolument partout, toutefois j’ai patienté pendant plusieurs semaines pour acheter en mains propres à la charmante Adeline Dieudonné son roman La vraie vie, qui a été l’un des événements de cette rentrée littéraire, et dont je vous reparlerai prochainement.

Lorànt Deutch

Pour la première fois, j’ai pu approcher Lorànt Deutch, dont le stand est toujours pris d’assaut (heureusement, c’était l’heure du déjeuner), qui publie Romanesque, sur l’histoire de notre langue. C’est un garçon très sympathique, qui n’a pas hésité à me montrer, sur son téléphone, les photos d’une expédition qu’il a faite récemment avec des copains dans les zones interdites au public des catacombes de Paris.

Il faut toujours un peu de patience pour échanger quelques mots avec Clara Dupont-Monod, car elle prend beaucoup de temps pour discuter avec chaque lecteur qui vient vers elle alors, bien sûr, la file s’allonge, mais quel plaisir quand on parvient au bout ! Il y a quatre ans, elle nous avait régalés avec la vie d’Aliénor d’Aquitaine, épouse du roi de France Louis VII, puis, aussi étrange que cela paraisse, épouse du roi d’Angleterre Henri II. Dans son dernier livre, La révolte, elle revient vers cette femme exceptionnelle, nous entretenant de la partie britannique de son existence, narrée par son fils Richard Cœur de Lion.

Clara Dupont-Monod

L’impressionnante carrure de Serge Joncour se repère de loin. Je parlerai dans quelque temps de son nouveau roman Chien-Loup, en attendant je l’ai remercié pour les bons moments de lecture que j’ai passés avec Repose-toi sur moi et L’écrivain national.

Sophie Divry

La ravissante et souriante Sophie Divry ne semble plus, comme la première fois que je l’avais rencontrée, étonnée par son propre succès. Elle est désormais une auteure au talent reconnu, dont le dernier roman, Trois fois la fin du monde, fait beaucoup parler de lui depuis quelques semaines.

J’ai également revu l’Algérien Yasmina Khadra, inquiet des conséquences du terrorisme, inquiet surtout d’entendre cette terrible actualité expliquée par des « experts » qui n’ont manifestement rien compris au vrai problème. Son livre Khalil donne la parole à un terroriste, puisque c’est lui le narrateur. Rappelez-vous les attentats du Bataclan et du Stade de France… La police avait retrouvé dans une poubelle une bombe qui n’avait pas explosé. C’était celle de Khalil.

J’ai fait la rencontre d’un jeune auteur très sympathique et méconnu, Julien Sandrel, dont le roman, La chambre des merveilles, part d’une idée à mon avis passionnante et très originale. J’y reviendrai bientôt.

Serge Joncour

Yasmina Khadra

J’ai également croisé Agnès Ledig, Henri Lœvenbruck, Yann Queffelec, Agnès Martin-Lugand, Amélie Nothomb, Delphine de Vigan, David Diop, Boualem Sansal, Antonin Varenne, Inès Bayard, Mireille Dumas, Alain Mabanckou, Olivia de Lamberterie, Vanessa Schneider, Michel Drucker, Daniel Picouly, Christine Orban, Christine Ockrent, et bien d’autres.

J’oubliais… il y avait aussi un certain François Hollande (grâce à sa présence, les contrôles de sécurité à l’entrée étaient bien plus longs que d’habitude), venu pour son bouquin dans lequel il parle des leçons qu’il a apprises du pouvoir, peut-être un peu trop tard. Au stand voisin, Gilles Legardiner dédicaçait son dernier livre, J’ai encore menti. Mais non, je ne fais pas d’ironie…

Comme chaque année, j’ai dépassé le budget que je m’étais fixé. Le pire cependant, c’est que la prochaine Foire n’aura lieu que dans un an.

La création est une fête

Il y a quelques jours, en rentrant du boulot, je me suis assis devant mon ordinateur pour écrire la minifiction de la semaine. J’hésitais entre trois idées. Une comique, qui mène le lecteur en bateau, révélant à la dernière phrase qu’il s’agissait de tout autre chose que ce qu’il avait cru ; une poétique, catégorie rêveuse, narrée à la première personne, qui incite à se poser des questions ; une autre…

Je me suis arrêté en pleine réflexion. J’ai cherché partout, elles n’étaient plus là. Je les avais perdues.

Impossible de retrouver l’excitation, la gaieté, la griserie qui étaient miennes il n’y a pas si longtemps. Le feu m’a quitté, une page est tournée.

La création ne doit pas être une contrainte, une obligation ou une tension. La création doit être un plaisir, elle doit être une fête.

J’ai toujours des idées à la pelle, j’ai toujours envie de tricoter des intrigues, de trouver le bon rythme, le mot exact, l’expression précise, j’ai toujours le désir d’améliorer mon style chaque fois, mais plus de cette façon.

Les minifictions, j’arrête.

J’arrête sous la forme d’une histoire de 1000 à 1200 mots chaque semaine.

J’arrête avant que ça devienne un stress, j’arrête avant que ce soit une routine, avant de me sentir fonctionnaire de la minifiction, chargé d’en produire une pour chaque samedi matin, comme si j’avais un quota à tenir.

J’arrête tant que je m’éclate, avant que je me lasse et que ce soit une corvée emmerdante.

J’ai écrit 256 minifictions ! C’est un joli nombre. Les passionnés d’informatique le savent, c’est 28, le nombre de valeurs que peut prendre un octet. Si l’on m’avait dit, lorsque j’ai posté la première fin 2012, qu’il y en aurait autant, presque sans interruption, je ne l’aurais certainement pas cru, ou j’aurais renoncé, parce que c’est long, cinq années avec ce rythme, et que j’aurais eu la trouille. Ç’aurait été vraiment dommage, car j’ai tant appris, en les écrivant !

Je vais continuer à écrire, bien sûr, c’est plus fort que moi. Je ne pourrais pas me passer d’inventer des histoires, je l’ai toujours fait, et je le fais tout le temps. Je regarde aux alentours, je vois, par exemple, une femme qui traverse une rue avec une écharpe autour du cou, et dans ma tête une petite voix raconte : « L’écharpe hâtivement nouée sur son col trop échancré pour ce matin frileux, elle traverse la rue en courant, songeant au rendez-vous qu’elle ne peut se permettre de louper… » Je fais ça du matin au soir, pour tout ce que je vois ou entends. Certains ont la manie du rangement, d’autres parlent tout seuls… moi, j’observe, et je relate ce que j’ai vu en faisant comme dans un livre.

D’ailleurs, en ce moment même, pour expliquer que je vais arrêter, je suis encore en train de raconter comme si c’était une histoire. Je ne peux pas m’en empêcher !

Je vais écrire des nouvelles différentes, plus longues, qui me permettront de donner plus d’ampleur au thème, plus d’espace à l’intrigue, plus de consistance aux personnages. Je prendrai mon temps, et je m’éclaterai, j’espère, afin que toi, lectrice ou lecteur, tu t’éclates aussi en me lisant.

La date approche où je vais pouvoir cesser de travailler. J’aurais enfin du temps pour réaliser quelques-uns des nombreux projets que je garde en attente depuis des années, entre autres celui d’écrire des romans. Il y en a un en particulier qui fait les cent pas dans la tête depuis un bon moment, dans lequel je peine à m’immerger vraiment tant que je ne suis pas libéré des obligations professionnelles.

Il y a tant de choses à écrire, tant de projets auxquels je voudrais me consacrer !

Chère lectrice, cher lecteur, ce n’est pas un adieu, rassure-toi. J’espère tout de même qu’elles te manqueront, mes minifictions !

Foire du livre de Brive 2017

François-Henri Désérable

Comme d’habitude, je n’ai pas raté la Foire du Livre de Brive !

Cette fois, c’est avec mon fils Damien que j’y suis allé. (Il est sur la photo ci-dessus !)

L’événement ayant lieu le week-end qui suit la remise des principaux prix littéraires, plusieurs lauréats étaient présents. Éric Vuillard (Goncourt), Olivier Guez (Renaudot), Philippe Jaenada (Femina)…

J’ai commencé ma visite en allant remercier Jean-Michel Guenassia pour son dernier roman, et j’ai eu l’immense surprise (et fierté) d’apprendre qu’il lit et apprécie mes minifictions ! J’ai également félicité François-Henri Désérable dont le dernier livre est passé à travers tous les grands prix, n’en obtenant aucun alors qu’il était nominé dans tous.

Fouad Laroui

J’ai eu une intéressante conversation avec Fouad Laroui. L’an passé, à cette même foire, j’avais acheté son bouquin Ce vain combat que tu livres au monde, qui m’avait aidé à mieux comprendre le phénomène et les causes de la radicalisation des islamistes.

Je tenais à échanger quelques mots avec Sorj Chalandon à propos de Le jour d’avant, dont j’ai déjà parlé ici, et qui a été pour moi un énorme coup de cœur. C’est un homme très chaleureux, un véritable humaniste, qui communique une forte émotion, et pas seulement dans ses œuvres.

Sorg Chalandon

J’ai évidemment acheté plusieurs livres. (Comme chaque fois, j’ai largement dépassé mon budget !) Celui de Véronique Olmi (Bakhita), d’Emmanuelle Favier (Le courage qu’il faut aux rivières), sont désormais en file d’attente dans ma bibliothèque, mais je me suis également laissé tenté par des auteurs que je ne connaissais pas du tout. J’ai ainsi craqué pour La promesse, de Jean-Guy Soumy, Le fou du roi, de Mahi Binebine, et Un dissident, premier roman d’un tout jeune auteur, François-Régis De Guenyveau, avec qui j’ai eu un passionnant échange sur l’avenir de l’Homme, sujet de son bouquin.

Véronique Olmi

Bilan de cette super journée : des jambes en compote, beaucoup de fatigue, un porte-monnaie vide, des étoiles plein les yeux, encore davantage de livres à dévorer, et une furieuse impatience à revenir, qui va devoir être gérée jusqu’à l’an prochain.

Second envol

Voilà, les Cahiers sont de retour pour un nouvel envol !

Ce qui est drôle, c’est que finalement… je n’ai pas déménagé, je n’ai pas changé d’hébergeur.

Pourquoi ? Sans entrer dans les détails, parce que celui que j’avais choisi n’est pas fiable, et que les autres font la même chose que « l’ancien »… en plus cher !

Alors, me prendre la tête avec un transfert compliqué, risquer de perdre des données, risquer de perdre des visiteurs habitués, et payer plus cher, c’est pas vraiment futé. Donc, je ne déménage pas, mais j’en ai profité pour relooker et dépoussiérer tout ça.

Les Cahiers, c’est reparti !

Foire du livre de Brive 2016

Il est à mes yeux un événement incontournable à l’automne, c’est la Foire du Livre de Brive.

brive2016-foule

J’y suis allé comme d’habitude avec ma p’tite femme, mais cette année nous avons été accompagnés par mon amie Sabine Lauret, grande amatrice de polars et blogueuse de Ma bibliothèque bleue.

brive2016-trio

Avec Sabine et Christine, de gauche à droite !

Jean-Michel Guenassia

Jean-Michel Guenassia

Le principal intérêt de ce rassemblement (le second de France après le Salon du livre de Paris, par le nombre de visiteurs), c’est la disponibilité des auteurs. Ils sont très accessibles, et même s’il faut parfois faire la queue et s’armer de patience avec certains écrivains renommés ou récemment primés, il est rarement impossible de les aborder.

Un grand danger menace tout de même le visiteur, c’est l’explosion du budget. J’étais parti pour acheter trois livres, peut-être quatre, je suis revenu avec… sept bouquins !

Antoine Rault

Antoine Rault

Comme je l’avais promis à Jean-Michel Guenassia, j’ai patienté jusqu’à hier pour lui acheter en mains propres son livre La valse des arbres et du ciel, que j’ai commencé à lire dès mon retour à la maison. J’en reparlerai donc prochainement. Cher Jean-Michel, j’ai eu grand plaisir à te revoir, j’espère qu’un de ces jours nous aurons l’occasion de nous rencontrer dans un lieu où nous pourrons papoter plus longtemps.

brive2016-antonin-varenne

Antonin Varenne

J’ai énormément étonné Antoine Rault en lui disant que j’avais l’impression que son livre, La danse des vivants, m’appelle chaque fois que je le vois dans une librairie. Comme Alice et les flacons qui lui disaient “bois-moi”, ce bouquin me demande “lis-moi !”. Il sera donc le suivant sur la liste.

J’ai échangé quelques mots avec Antonin Varenne, auteur de CAT 215, que je viens de lire récemment. J’ai remercié José Rodrigues dos Santos pour tous ses livres, que j’ai dévorés sans exception. J’ai acheté Briser la glace, de Julien Blanc-Gras, et le bouquin d’histoire de France de Frédérick Gersal, qu’on voit souvent présenter des chroniques sur ce thème à la télé.

Julien Blanc-Gras

Julien Blanc-Gras

Il y avait aussi la ravissante Leïla Slimani, auteure de Chanson douce qui a obtenu le prix Goncourt il y a quelques jours, et Yasmina Khadra, Serge Joncour, Françoise Bourdin, Jonathan Coe et Elisabeth George, deux auteurs britanniques, Lorànt Deutch, Pierre Pevel, Édouard Brasey, Raymond Poulidor, Jean Teulé, Bernard Werber, Jean-Paul Didierlaurent, Régis Jauffrey, Alexis Jenni, Fouad Laroui

Leila Slimani

Leïla Slimani

Après tout ça, retour avec du plomb dans les pieds et des étoiles dans les yeux. Plus que 364 jours avant d’y retourner.

Frédérick Gersal

Frédérick Gersal

Le jeu des personnages – les réponses

L’heure du verdict a sonné, voici les solutions du jeu.

Pour mémoire, il s’agissait, à partir d’une liste de trente personnages, de trouver dans quel roman ils apparaissent. Presque tous ces livres ont été commentés sur ce site.

C’est parti pour les réponses…

  1. Albert Maillard — Au revoir là-haut (Pierre Lemaître) Goncourt 2013.
  2. Alice Della Rocca — La solitude des nombres premiers (Paolo Giordano)
  3. Alice Tanner — Labyrinthe (Kate Mosse)
  4. Allan Karlsson — Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire (Jonas Jonasson)
  5. Aomamé — 1Q84 (Haruki Murakami)
  6. Ariana Pakravan — La formule de Dieu (José Rodrigues Dos Santos)
  7. Arnau Estanyol — La cathédrale de la mer (Ildefonso Falcones)
  8. Basile Houareau — L’énigme de la Diane (2 tomes) (Nicolas Grondin)
  9. Désirée Wallin — Le mec de la tombe d’à côté (Katarina Mazetti)
  10. Djambo — La forêt des 29 (Irène Frain)
  11. Dr Clair — L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet (Reif Larsen)
  12. Émilie Cazenave — Ce que le jour doit à la nuit (Yasmina Khadra)
  13. Golgoth — La horde du contrevent (Alain Damasio)
  14. Guylain Vignolles — Le liseur du 6h27 (Jean-Paul Didierlaurent)
  15. Hervé Joncour – Soie (Alessandro Baricco) Il y avait là un petit piège. Ne pas confondre avec SERGE Joncour, auteur de L’écrivain national.
  16. Jack Jackson — Les piliers de la Terre (Ken Follett)
  17. Jean-Baptiste Grenouille — Le Parfum (Patrick Süskind)
  18. Jocelyne Guerbette — La liste de mes envies (Grégoire Delacourt)
  19. Katabolonga — La mort du roi Tsongor (Laurent Gaudé) Goncourt des lycéens 2002.
  20. Liesel Meminger — La voleuse de livres (Markus Zusak)
  21. Michel Marini — Le Club des Incorrigibles Optimistes (Jean-Michel Guenassia) Goncourt des lycéens 2009.
  22. Oscar Drai — Marina (Carlos Ruiz Zafon)
  23. Paz Aguilera — Plonger (Christophe Ono-Dit-Biot) Grand prix du roman de l’Académie française 2013.
  24. Phelan Skeeter — La couleur des sentiments (Kathryn Stockett) Prix des lectrices de Elle 2011.
  25. Sienna Brooks — Inferno (Dan Brown)
  26. Simon Limbres — Réparer les vivants (Maylis de Kerandal) Grand prix RTL-LIRE 2014, Prix des lecteurs L’Express — BFMTV 2014, Pris littéraire Charles-Brisset 2014, Prix Orange du livre 2014, Pris Paris-Diderot — Esprits libres 2014, Prix Relay des voyageurs avec « Europe 1 » 2014, Roman des étudiants France Culture-Télérama 2014.
  27. Théo Decker — Le chardonneret (Donna Tartt)
  28. Wilbur Larch — L’œuvre de Dieu, la part du Diable (John Irving)
  29. Will Piper — Trilogie du Livre des morts (Glenn Cooper)
  30. Zeus-Peter Lama — Lorsque j’étais une œuvre d’art (Éric-Emmanuel Schmitt)

Qui a eu tout juste ?

Ou tout faux ?

Qui a répondu avec des titres de films ? :-)

Le jeu des personnages – les questions

Un petit jeu, ça te tente ?

C’est très simple : je te donne une liste de personnages ; ta mission, si tu l’acceptes, consiste à trouver de quel roman ils viennent.

Bien sûr, je n’ai pas choisi des protagonistes trop connus. Par exemple, si je demande dans quelle œuvre on trouve Frodon Sacquet, Jean Valjean ou D’Artagnan, ça n’a aucun charme.

Rassure-toi, je n’ai pas non plus fouillé pour dénicher le patronyme du facteur ou le surnom du poisson rouge.

En plus, presque tous les bouquins à trouver ont été commenté ici, sur mes Cahiers. Comme ça, je vais voir quels sont ceux qui sont attentifs ! Hé, hé… :-P

Tu es prêt/prête ? C’est parti, par ordre alphabétique…

  1. Albert Maillard
  2. Alice Della Rocca
  3. Alice Tanner
  4. Allan Karlsson
  5. Aomamé
  6. Ariana Pakravan
  7. Arnau Estanyol
  8. Basile Houareau
  9. Désirée Wallin
  10. Djambo
  11. Dr Clair
  12. Émilie Cazenave
  13. Golgoth
  14. Guylain Vignolles
  15. Hervé Joncour
  16. Jack Jackson
  17. Jean-Baptiste Grenouille
  18. Jocelyne Guerbette
  19. Katabolonga
  20. Liesel Meminger
  21. Michel Marini
  22. Oscar Drai
  23. Paz Aguilera
  24. Phelan Skeeter
  25. Sienna Brooks
  26. Simon Limbres
  27. Théo Decker
  28. Wilbur Larch
  29. Will Piper
  30. Zeus-Peter Lama

Rendez-vous dans quelques jours pour les réponses.

Incipit – Les réponses

IncipitRVoici les réponses au jeu des incipit que je vous ai proposé il y a deux jours. Peu ont participé par les commentaires, mais ils sont forts !

Si vous avez deviné les trente titres, vous êtes vraiment balèze. Si vous n’en avez trouvé aucun, c’est que vous n’avez pas assez réfléchi, car certains étaient tout de même assez faciles. Et si vous n’aviez encore jamais entendu un seul de ces titres, c’est que vous vous êtes trompé de site. Ici, on parle de bouquins. :-)

  1. Le Horla, de Guy de Maupassant (L’ancêtre des histoires qui font peur)
  2. La horde du contrevent, de Alain Damasio (À lire absolument si ce n’est pas déjà fait)
  3. Le prophète, de Khalil Gibran (C’est surtout le chapitre sur les enfants qui est connu)
  4. Le nom de la rose, de Umberto Eco (Qui a créé le genre des thrillers historiques) C’est également par ces mots que commence l’Évangile selon St Jean.
  5. Le neveu du magicien, de C. S. Lewis (Premier tome des Chroniques de Narnia)
  6. Blanche-Neige, de Jacob et Wilhelm Grimm (Oui, le conte !)
  7. 1984, de Georges Orwell (Écrit en 1948, à comparer avec notre monde actuel)
  8. Contes de la folie ordinaire, de Charles Bukowski (L’auteur à scandales)
  9. Les misérables, de Victor Hugo (Une des plus grandes œuvres de la littérature française)
  10. Le livre de la jungle, de Rudyard Kipling (Les aventures de Mowgli, mais pas seulement)
  11. Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, de Selma Lagerlof (Qui plait toujours aux enfants)
  12. Da Vinci code, de Dan Brown (Un rebondissement à chaque page, ou presque)
  13. Tarzan, seigneur de la jungle, de Edgar Rice Burroughs (L’homme-singe himself)
  14. Mémoires d’outre-tombe, de François-René de Chateaubriand (Quel incipit, pour des mémoires !)
  15. La planète des singes, de Pierre Boulle (Un des livres qui ont popularisé la SF)
  16. 20 000 lieues sous les mers, de Jules Verne (Sans doute le plus célèbre roman du grand Jules)
  17. 1Q84, de Haruki Murakami (La trilogie-choc)
  18. Fahrenheit 451, de Ray Bradbury (Le chef-d’œuvre de cet auteur)
  19. Les trois mousquetaires, de Alexandre Dumas (Ils étaient quatre…)
  20. Le vieil homme et la mer, de Ernest Hemingway (Le combat de l’homme contre la nature)
  21. La peste, de Albert Camus (Immense œuvre symbolique)
  22. Le petit prince, de Antoine de Saint Exupéry (Faut-il encore le présenter ?)
  23. L’élégance du hérisson, de Muriel Barbery (Je ne me lasse pas de ce bouquin)
  24. Harry Potter à l’école des sorciers, de J. K. Rowling (Premier tome de la série)
  25. Bonjour tristesse, de Françoise Sagan (Écrit à 18 ans)
  26. La disparition, de Georges Perec (Le livre qui ne contient aucun E)
  27. Le meilleur des mondes, de Aldous Huxley (À comparer avec 1984)
  28. L’amant, de Marguerite Duras (auto-fiction e Goncourt)
  29. Le roi de fer, de Maurice Druon (Premier tome des Rois maudits)
  30. Les fourmis, de Bernard Werber (La trilogie qui a lancé cet auteur)

Alors, votre score ?