L’atelier des miracles

AtelierMiraclesQue se passe-t-il quand on est au bout du rouleau, au bout du supportable ? Un ange gardien intervient-il ? C’est ce qui se produit ici.

La jeune Millie survit à un incendie, mais depuis longtemps sa vie n’est que ruine. Elle a été rejetée par sa famille, elle est incapable de s’affirmer, elle est prête à accepter n’importe quoi, mais nul ne lui propose quoi que ce soit.

Monsieur Mike est un ancien militaire qui a déserté pour fuir les pratiques inhumaines de sa hiérarchie. Il se retrouve à la rue, SDF et alcoolique.

Prof d’histoire-géo, Mariette est mariée à un homme pervers et narcissique qui se sert d’elle pour parvenir à ses fins. Elle est méprisée par ses fils et ne supporte plus les frasques des élèves qu’on lui confie. Elle craque.

Pour chacun d’eux apparait Jean. Il les écoute, les conseille, les recueille dans son “atelier” celui où il se fait fort de réparer les vies humaines. Et ça marche… sauf que le lecteur réalise petit à petit que personne, dans ce livre, n’est ce qu’il prétend être. Tout le monde ment, à sa façon, bien que les victimes soient bien des victimes.

Valérie Tong Cuong nous promène de catastrophe en espoir, et de trahison en happy end. Il y a quelques longueurs, mais la forme dynamique (le narrateur change à chaque chapitre) évite que le récit sombre dans l’ennui. On n’échappe pas à un peu de mièvrerie et même de naïveté, certaines situations s’arrangent de manière un peu trop facile, il y a des coïncidences un peu grosses, mais l’ensemble se lit avec plaisir.

La force de cette écriture, c’est la description des états internes des protagonistes. Leurs souffrances, leurs hésitations, leurs angoisses, leur culpabilité sont évoquées avec tant de précision que le lecteur les vit lui aussi. Non, ce bouquin ne marquera pas son époque, mais j’en garderai un bon souvenir.