Je reviendrai avec la pluie

ReviendraiAvecPluiePréparez les mouchoirs avant de commencer ce bouquin.

Après le décès de sa femme Mio, Takumi, la trentaine, se retrouve seul avec leur petit garçon de cinq ans, Yûji.

Takumi, à cause d’un problème pendant son adolescence, souffre de claustrophobie et il oublie souvent de faire certaines choses. Il est aussi d’une grande maladresse, mais il adore son fils et pour lui, il se bat de toutes ses forces, si faibles soient-elles. Pour aider Yûji à accepter la perte de sa mère, et sans doute également pour se rassurer lui-même, il a imaginé une planète nommée Archive, sur laquelle iraient tous les gens après leur mort.

Une semaine avant de disparaître, Mio, malade, avait dit à Takumi : Je ne serai bientôt plus de ce monde, mais lorsque la saison des pluies sera de retour, je reviendrai sans faute voir comment vous vous débrouillez, tous les deux.

Et elle revient, en effet, comme par miracle. Ils la retrouvent comme elle était avant, sauf qu’elle a tout oublié. Elle ne sait plus qu’elle est mariée à Takumi ni que Yûji est son enfant…

Alors, Takumi se remémore leur passé commun et lui raconte tout : les sentiments qui les unissaient déjà, lorsqu’ils étaient encore à l’école, leurs rendez-vous, leur premier baiser, comment il est devenu souffrant… Mio réapprend tout cela et, petit à petit, elle tombe amoureuse de lui pour la seconde fois, car depuis toujours, ils sont faits l’un pour l’autre.

Toutefois, en annonçant qu’elle reviendrait à la saison des pluies, elle avait précisé : …et puis je m’en retournerai avant l’arrivée de l’été.

La saison des pluies ne dure que six semaines. Ensuite, Mio repartira, définitivement…

Je vous avais dit de préparer les mouchoirs !

Ce livre, dessiné plus qu’écrit, par la plume extraordinairement poétique de Takuji Ichikawa, a eu un immense succès. Rien qu’au Japon, il s’est vendu à plus de trois millions d’exemplaires, il a été adapté au cinéma, en manga, et traduit en de nombreuses langues. Ce bouquin ne parle pas de mort, il parle de tendresse. C’est un hymne à l’amour, un chant aux liens qui peuvent unir deux êtres, et qui sont plus forts que tout le reste.

C’est peu dire que je me suis régalé en le lisant.