Comment fais-tu l’amour, Cerise ?

Londres, 1968. Michael Huggins, homme d’affaire de quarante ans, est avant tout un coureur de jupons. Plus que ça, c’est un collectionneur et un consommateur de femmes. Avec peu de considération pour elles, et même souvent avec cynisme, il les prend et les jette après usage comme s’il s’agissait de mouchoirs en papier.

Un jour, sa route croise celle d’une jeune et jolie française, qu’il surnomme Cerise et qu’il décide immédiatement de conquérir. Mais cette fois, c’est grave : il est tombé amoureux !

Rien ne pourra l’arrêter. Ni le fait que la belle ne parle pas anglais, ni celui qu’elle est mariée et mère de famille. Il y a bien un obstacle, pourtant, c’est que Cerise ne se laisse pas séduire. Et Michael le roi des tombeurs se retrouvera désarmé devant ces yeux trop bleus.

Comme par magie, René Fallet parvient à nous présenter comme sympathique et même pathétique cet homme pourtant méprisant et méprisable. Il nous passionne pour cette histoire banale et il parvient à nous faire sourire même lorsque l’affaire tourne au drame. Car l’auteur sait très bien mettre en scène nos petits sentiments et de nos petits défauts, de telle sorte que nous retrouvons un peu de nos travers en chacun de ses personnages. Au bout du compte, une histoire pleine de tendresse qui se lit avec plaisir, même si ce n’est pas un grand roman.


Après le piratage de mon site, il m’a été impossible de remettre les anciens commentaires sous une forme “normale”. Je les recopie simplement ici :

Némascope, le 19/07/2012

Déçu, je suis, j’imaginais quelquechose de plus « borderline » avec la Cerise de Maaf qui serait l’objet d’un pervers.
Bon, du coup, il te reste plus qu’à l’écrire Claude (quoique, je me rappelle d’une idée géniale dont tu nous avais parlé, ça avance ?)