Le parfum

LeParfum

Jean-Baptiste Grenouille nait en 1738. Sans parents, il est confié à une nourrice. Mais Grenouille n’est pas un garçon comme les autres. Il est doué de l’odorat le plus fin qui se puisse imaginer, capable de sentir une personne à des kilomètres de distance, capable de déterminer les différentes composantes d’un parfum, et de créer de nouveaux mélanges mentalement.

Il possède en outre une mémoire olfactive parfaite, est totalement dénué de tout sentiment et… de toute odeur personnelle !

Ce livre a rencontré un énorme succès lors de sa sortie en 1985. Il raconte la vie de Grenouille depuis sa naissance jusqu’à son décès. Vie plutôt sombre, car c’est un être profondément méchant, et autosatisfait de cette méchanceté. Il laisse sur son passage, même involontairement, un cortège de morts, tout en étant lui-même à la recherche du parfum parfait, quête à laquelle toute son existence est vouée. Il finit en effet par le créer, mais à quel prix, et avec quelles terribles conséquences !

Le lecteur est rapidement entrainé par la plume de Patrick Süskind, à coup de paragraphes assez longs, au long desquels il nous plonge dans les réflexions et les sentiments de Grenouille. Les dialogues sont rares, le personnage principal étant peu bavard, mais les passionnants détours dans ses pensées sont d’une précision remarquable. Que de mystères dissimulés dans l’âme humaine !

L’auteur réalise également le tour de force de décrire des odeurs et de nous en faire apprécier les beautés, alors que le vocabulaire est particulièrement pauvre dans ce domaine.

Je me suis régalé au cours de cette lecture, même si j’ai aussi été horrifié par les actes et la froideur de ce Grenouille, et je me suis surpris à tendre le nez autour de moi, à la recherche d’odeurs et de ce plaisir olfactif sur lequel je ne me suis jamais penché.