Le premier crâne

Vous avez aimé l’ambiance mystico-aventuro-religioso-policière du Da Vinci Code ? Alors, vous allez apprécier ce roman plein de suspense, d’action, de rebondissements et de mystères.

Marcus Sambre, archéologue, étudie un crâne retrouvé sur un chantier de fouilles. Il s’agit d’un vestige en apparence tout à fait banal, un ossement vieux de quelques siècles tout au plus. Pourtant, contre toute logique, les méthodes scientifiques de datation qui lui sont appliquées font apparaître un âge plus ancien, tellement que cela remet en question tout ce que nous croyons savoir sur l’Histoire de l’humanité.

En compagnie de la journaliste Evannah Poleska, femme d’action, puits de connaissances et reine de la démerde, Marcus se lance dans une enquête pour tenter d’en apprendre davantage. Mais d’autres s’intéressent à ce crâne. Les membres d’un groupuscule néo-nazi veulent obtenir le crâne pour profiter du pouvoir que leur donneraient les secrets qu’il contient. Marcus et Evannah sont également poursuivis par un moine fanatique venu d’une société secrète qui cherche à étouffer la découverte, car elle ruine les bases de la Génèse.

Mais quel secret est donc caché dans cette relique ? Et comment en prendre connaissance ?

Nicolas Sker tient le lecteur en haleine le long de ces chapitres courts, qui donnent au roman un rythme soutenu. Impossible d’arrêter la lecture. On est très vite pris par l’ambiance et le suspense, malgré quelques incohérences et erreurs dans la trame de l’histoire. Un excellent bouquin.