Le testament des templiers

TestamentTempliersLa plus grosse partie du récit se passe de nos jours, mais on visite aussi le XIVe siècle, et même à l’âge des premiers homos sapiens, il y a quelque trente mille ans.

À l’abbaye de Ruac (Dordogne), un incendie se déclare, ce qui permet de mettre au jour un manuscrit caché dans l’épaisseur d’un mur. Ce document daté de 1307, confession d’un moine, lance le jeune et brillant archéologue Luc Simard à la recherche d’une grotte. Avec son ami Hugo Pineau, il finit par la trouver, et découvre à l’intérieur des peintures rupestres de toute beauté, très en avance sur leur époque. La dernière salle de cette caverne est tapissée de représentations de végétaux et offre aussi l’image d’un étrange et fascinant homme-oiseau.

Pour Luc, c’est l’aubaine de sa vie, la plus grande découverte du siècle, et il se lance à corps perdu d’ans l’entreprise. Mais rapidement, les fouilles tournent mal. Deux des spécialistes ont des accidents mortels. Coïncidence ? Meurtres, enlèvements, attentats… le rêve de Luc devient très vite un cauchemar. Quelle énigme est enfouie dans cette grotte ? Qu’est-ce que les moines du Moyen Âge ont déniché, et qu’en ont-ils fait ? Quel humain préhistorique a réalisé ces gravures magnifiques ? Que se passe-t-il dans ce village aux habitants si peu accueillants ?

Glenn Cooper est un maître des histoires tarabiscotées où se mélangent enquête policière, secrets ancestraux, mystères spirituels et science. Celle-ci n’est sans doute pas la meilleure, un peu tirée par les cheveux par moments, mais le plaisir de la lecture est bien là, et celui de voir toutes les pièces du puzzle se mettre en place à la fin.

Ce n’est pas un roman exceptionnel, mais il est prenant et agréable.

Trilogie du Livre des morts

TrilogieLivreMortsAmateurs de thrillers ésotériques, approchez-vous et écoutez, car ceci est du vrai, du lourd, de l’excellent.

L’histoire fait des allers-retours entre l’époque actuelle aux États-Unis et la fin du VIIIe siècle sur l’île de Wight, avec en prime quelques brefs détours par l’année 1947 en Angleterre. Les événements qui se produisent à ces différentes périodes semblent tout à fait indépendants. Pourtant, petit à petit, la trame se dessine. Glenn Cooper, avec une rare précision, distille des indices au lecteur, s’arrêtant toujours au bord de la révélation.

Le personnage principal est Will Piper, agent du FBI, aux prises avec ce qui paraît être un tueur en série. Des gens reçoivent un message les informant de la date de leur trépas. Le jour venu, ils meurent. Malgré tous ses efforts, Will ne parvient pas à voir de fil conducteur entre ces disparitions. Il n’y a aucun point commun entre les victimes ni dans la manière dont elles trouvent la mort, qui semble parfois purement accidentelle. Il doit pourtant absolument arrêter l’auteur des faits.

Bien longtemps avant notre époque, sur l’île de Wight, un étrange gamin qui ne parle jamais est confié à des moines. Quelques temps plus tard, et bien qu’il n’ait pas reçu la moindre éducation, il se met à écrire des listes de noms. Des centaines, des milliers de noms apparaissent sous sa plume. De quoi s’agit-il ? Lorsqu’il comprend, l’abbé n’en revient pas. La main de ce garçon serait-elle guidée par Dieu lui-même ?

Il s’agit d’une trilogie

  • Le livre de morts
  • Le livre des âmes
  • Le livre des prophéties

Ces trois bouquins peuvent être abordés indépendamment et il est possible d’interrompre la lecture à la fin de chacun, puisqu’il y a chaque fois un dénouement, mais il est évidemment conseillé de les découvrir dans l’ordre et jusqu’au bout. Bien que le troisième tome soit un ton en-dessous des deux autres, je me suis trouvé immédiatement happé par l’histoire, et j’ai surtout admiré le soin avec lequel l’auteur mène le lecteur en lui fournissant à chaque page exactement ce qu’il a besoin de savoir, autant pour comprendre ce qui se passe que pour rester, haletant, dans l’attente de ce qui va suivre.

Je ne peux parler plus en détail des péripéties, car le moindre mot en trop détruirait le plaisir de découvrir la formidable intrigue conçue par Glenn Cooper. Ce qui se produit dans ce monastère en l’an 777 et dans les siècles suivants est en soi une merveille d’imagination.

Les personnages ne sont pas laissés à la traîne, et sont élaborés avec assez de force pour les rendre crédibles et authentiques. Will a des problèmes avec l’alcool, les femmes et la hiérarchie, son copain Mark Shackleton a des ambitions littéraires, mais il aime trop le jeu, etc.

Ces bouquins ne se contentent pas de narrer une aventure passionnante, ils soulèvent aussi des questions plus profondes sur la prédestination et le libre arbitre.

Du grand art et du grand suspense, écrits par une grande plume.

La Prophétie des papes

ProphetiePapesDécidément, les romans ésotérico-policiers font recette, surtout s’ils sont assaisonnés d’un peu de sauce médiévale ou historique. Malgré quelques longueurs, celui-ci se lit avec plaisir et “attrape” rapidement le lecteur. Arrivé au terme du bouquin, il est un peu obligé de se demander où l’auteur a été chercher tout ça, ou plutôt comment il a pu inventer une intrigue qui réunit avec autant d’efficacité des éléments aussi disparates.

Elisabetta Celestino, jeune et brillante archéologue devenue nonne, se retrouve entraînée contre sa volonté dans une affaire à résoudre de toute urgence. En effet, le pape vient de mourir, le conclave qui va désigner le nouveau doit commencer dans quelques jours, et il est indispensable, pour des raisons politiques, d’élucider l’énigme avant. De quelle énigme s’agit-il ?

Dans des catacombes romaines sont découverts des ossements humains qui présentent une particularité unique et gênante. Qui sont ces gens ? Comment sont-ils morts ? Pourquoi la vie d’Elisabetta est-elle menacée, et par qui ? Quel rapport entre ces restes et un professeur allemand décédé depuis plusieurs années ? L’enquête mène Elisabetta jusqu’à la fameuse prophétie de Malachie, cet archevêque du XIIe siècle qui a prédit qu’il y aurait encore 112 papes avant la fin de l’Église.

Glenn Cooper promène le lecteur au Vatican, dans les coulisses du conclave, dans la Londres du XVIe siècle et dans la Rome de Néron, au long d’une histoire parfaitement bien documentée (l’auteur est archéologue) et truffée de rebondissements, jusqu’à une conspiration au cœur même du Vatican. Ce roman prend une tournure particulière du fait de l’actualité. En effet, suite à la démission de Benoit XVI, le pape François est le 112e depuis la prophétie de Malachie. Il serait donc le dernier…