Le triton

TritonDe son séjour d’enseignant en Haïti, Éric Téhard a gardé, à l’évidence, un excellent souvenir. C’est dans ce pays qu’il a situé l’action de son roman, et comme il a une très bonne connaissance, non seulement de la géographie haïtienne, mais aussi de la culture, des gens, des coutumes et de toute la vie locale, il n’a eu aucune difficulté à peindre avec précision le décor et les mœurs de villes comme Jacmel.

Cette exactitude est presque par moment un défaut, tant le lecteur est submergé de détails et de longs détours présentant telle ou telle particularité sociale ou pratique. On visite les rues de cette île qu’on découvre à travers l’objectif d’une caméra virtuelle fouillant les moindres recoins, au point que le livre prend parfois des allures de documentaire.

L’auteur entraîne aussi le lecteur dans d’intéressantes réflexions sur la condition de ces peuples, sur les sociétés, l’exploitation, l’humanitaire et le clivage entre les riches et les pauvres. Dans ces populations, les différences prennent des airs de gouffres, tant les écarts sont grands. Entre un gouvernement corrompu et une mafia galopante, l’homme de la rue est pris dans un étau.

Dans un tel contexte, l’histoire passe un peu au second plan. Charlemagne Exumé se découvre un jour des pouvoirs étranges. Pour lui qui souffre de sa modeste condition et qui rêve de superhéros, c’est une aubaine. Mais comment utiliser ces dons ? D’ailleurs, est-ce bien souhaitable ?

Ce livre, écrit par mon ami Éric Téhard, peut se découvrir sur son site ou sur celui des éditions de la Dodine.