Un canal oublié

Il y a peu de chances que vous ayez entendu parler du Canal de Givors. Pourtant, il a existé, du moins en partie, et il aurait dû relier le Rhône à la Loire en passant par St Étienne. Les premiers coups de pioche ont été donnés en 1761, et le canal a terminé son existence en 1970, sous le tracé de l’autoroute A47, qui a comblé son lit presqu’entièrement. Seul un tiers du tracé initialement prévu a été réalisé !

C’est mon ami Christian Epalle, natif de cette région, qui a décidé de réhabiliter ce canal et de le tirer de l’oubli dans lequel il est tombé. Plusieurs années de recherches et des montagnes de patience lui ont été nécessaires pour y parvenir. Tour à tour archiviste, documentaliste et archéologue du dimanche, Christian a réussi le tour de force de retracer non seulement l’Histoire de ce canal, mais aussi d’en exhumer de nombreux vestiges, bornes, murets, quais, squelettes d’écluses, etc.

Car il ne reste quasiment rien d’autre que quelques pierres, quelques marécages et quelques noms de rue pour rappeler l’existence de cette voie d’eau sur laquelle ont navigué des ciselandes et où ont eu lieu des joutes nautiques jusque dans les années 60.

Sur les 134 pages réelles de ce petit livre, 130 sont illustrées. C’est dire si l’ouvrage est visuel ! 258 images en tout, beaucoup de documents d’époque (cartes postales anciennes et images d’archives), mais aussi photos aériennes, plans et clichés récents, montrant les vestiges ou ce que les sites sont devenus. (Effet avant/après) L’essentiel du texte est constitué par les légendes des photos.

Christian s’est évidemment donné la peine d’aller lui-même explorer les lieux et de chercher ce qui pouvait encore témoigner de ce canal oublié. Pour de nombreux vestiges, il indique les coordonnées GPS, incitant son lecteur à se rendre sur les lieux.

Je ne donne jamais de lien vers les livres dont je parle sur ce site, estimant que mes visiteurs sont assez grands pour les trouver eux-mêmes s’ils ont envie de lire ces bouquins. Mais comme celui-ci fait l’objet d’une édition limitée et très discrète, je vais faire une exception. Vous trouverez Un canal oublié sur Atramenta. On peut même y télécharger une version numérique et gratuite de l’ouvrage.