Constellation

UnknownTout le monde le sait : le boxeur Marcel Cerdan est mort en pleine gloire dans un accident d’avion. Cela s’est passé le 28 octobre 1949. À bord de l’appareil se trouvait également la jeune violoniste virtuose Ginette Neveu, des membres d’équipage, et des anonymes. Quarante-huit personnes en tout. Lors d’une escale aux Açores, le Lockheed Constellation F‑BAZN, à l’approche pour atterrir, s’est écrasé sur le flanc d’une montagne… située sur une autre île de l’archipel, à plusieurs dizaines de kilomètres de la piste ! Aucun survivant.

Bien sûr, Adrien Bosc nous parle de l’accident lui-même, des causes probables du drame, des recherches, de l’enquête, de l’identification des corps, etc. Mais ce qui l’a incité à écrire cet ouvrage sur ce qui n’était qu’un fait divers (n’eut été la présence à bord de Marcel Cerdan et de Ginette Neveu), c’est parce qu’il a voulu se pencher sur les enchaînements d’événements qui ont mené ces gens à monter dans cet appareil ce jour-là. Tous ces petits riens qui ont eu de si grandes conséquences…

On nomme cela des coïncidences, mais cela peut aller plus loin, jusqu’à ce qu’on appelle la destinée. Ainsi, Cerdan devait se rendre à New York par bateau pour reconquérir son titre mondial. À la demande d’Édith Piaf, pressée de retrouver son amant, il a pris l’avion et fait jouer son droit de priorité. Lui, son manager et un ami ont pris la place de trois passagers restés à terre, rageant sans doute de ne pouvoir embarquer : une femme d’affaires et un couple revenant de voyage de noces.

À l’inverse, le jeune luthier de Ginette Neveu a été au dernier moment prié d’effectuer le trajet par voie maritime, sa présence n’étant pas nécessaire de manière urgente auprès de la musicienne.

Le cas d’Amélie Ringler est particulièrement pathétique. Sa riche marraine, installée aux États-Unis, âgée et sans descendance, voulait faire d’elle son héritière. Elle lui a envoyé de quoi acheter un billet d’avion afin de venir la retrouver. Quelle aubaine, un vrai conte de fées…

Il y a aussi cinq bergers basques partis chercher fortune outre-Atlantique, un homme rejoignant son ex-femme dans l’espoir d’une réconciliation, un fermier syrien qui allait faire la connaissance de son fils né pendant son absence, un avocat israélien, un industriel cubain…

Et le violon de Ginette Neveu, qu’est-il devenu ?

L’auteur a mené une longue et émouvante enquête pour reconstituer l’histoire de ces gens qui volaient à la rencontre d’une existence meilleure, ou pour poursuivre la leur, et que le hasard a placés là, à bord de cet avion. Il nous raconte ces vies éparses, qui convergeaient sans le savoir jusqu’à cet instant tragique, avec une plume extraordinairement claire et nette. Un régal.

La différence entre la technologie avancée et la magie est indiscernable, hors contexte, il s’agit en somme de faire tenir des carlingues de plusieurs tonnes en lévitation.

Grand prix du roman de l’Académie française 2014.