Impératrice

Wu Zetian a vraiment vécu au VIIe siècle, et elle fut empereur de Chine.

Oui, c’était une femme, pourtant elle fut EMPEREUR. Pourquoi ? Simplement parce que le titre et la fonction étaient exclusivement réservés aux hommes. Le terme d’impératrice ne désignait « que » l’épouse de l’empereur. Celle-ci, dont le nom signifie Lumière (l’idéogramme en couverture du livre est son nom), fut la seule femme à régner sur cet immense empire, et son règne fut même l’un des plus prospères de l’Histoire de ce pays.

Bien sûr, une femme occupant un tel poste et possédant un tel titre fut extrêmement critiquée, après sa mort, car avant, elle disposait d’un pouvoir quasi absolu. Les historiens ont hésité entre passer cette période sous silence, ou noircir les événements correspondants, afin de dénigrer les décisions prises par cette femme exceptionnelle. Récemment, la copie a été revue et Lumière rendue à la place qui est la sienne.

Toutefois, nous savons peu de choses d’elle, et Shan Sa a probablement tricoté un peu pour remplir les trous et écrire ce magnifique roman.

Nous faisons la connaissance de Lumière lorsqu’elle est encore une toute petite fille née dans une famille roturière quelconque, et qui n’avait a priori aucune chance de s’élever bien plus haut que cette condition. Nous la suivons tout au long de son extraordinaire existence, jusqu’à son trépas et même un peu plus loin.

Wu Zetian, Lumière

Grâce à un concours de circonstances, Lumière, encore adolescente, entre dans la Cité interdite en tant que concubine. Elles sont dix mille très jeunes filles, peu d’entre elles connaîtront la couche de l’empereur, et quelques-unes seulement porteront la noble descendance. Lumière se retrouve condamnée à une vie d’oisiveté et d’ennui, entourée d’eunuques, calligraphes et autres quasi esclaves. Pourtant, elle sait profiter de la moindre occasion pour s’élever, devenir favorite, épouse, impératrice, puis empereur, pour un règne particulièrement long !

Surtout, elle a su chaque fois trouver la solution pour faire face aux crises, aux complots, aux trahisons, aux accidents. Elle a su s’entourer, elle a su aimer, et elle a su être sans pitié, jusqu’à être cruelle, lorsque cela était nécessaire. Là, franchement, il faut parfois s’accrocher, car l’époque n’était guère propice à la compassion et à la tendresse.

Finalement, la plus difficile de toutes les décisions doit être prise : désigner un successeur. Lumière s’y refuse, comme elle refuse de vieillir et de mourir. Et puis, sa famille n’est qu’un nœud de serpents.

La famille est une maladie de naissance. La mienne est mon infirmité. Je ne l’ai pas choisie, les dieux me l’ont imposée. Moi et ma dynastie sommes condamnés à disparaître.

Le rythme de ce bouquin est très, très lent. On a par moment l’impression qu’il ne se passe rien, pourtant je ne me suis pas ennuyé une seule minute. Quand j’ai pensé que ça n’avançait pas, j’ai fait le point, et j’ai vite réalisé que beaucoup d’événements ont eu lieu en quelques pages. J’ai énormément apprécié l’écriture légère, même s’il est parfois délicat de s’y retrouver parmi ces nombreux noms aux consonances chinoises. Et j’ai été estomaqué par la vie vraiment hors du commun qui a été celle de cette femme morte il y a plus de treize siècles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *