Né d’aucune femme

J’ai pris une claque, mais dans le mauvais sens. Il y a eu tant de battage autour de ce livre… En général, c’est bon signe, le signe, au moins, qu’un livre est bien écrit et que son intrigue est prenante. On aime ou pas selon ses goûts, toutefois on peut être certain que la technique est au rendez-vous. À propos de celui-ci, j’ai entendu dire qu’il était un bouquin quasi parfait. Quelle déception ! C’est long à démarrer, c’est lourd à lire, c’est incompréhensible à la fin.

Un fermier très pauvre est père de quatre filles. Malheur ! Les filles ne valent pas grand-chose, pour un paysan. Pas assez fortes physiquement pour ce rude travail, incapables de transmettre le nom, elles coûtent de l’argent et n’en rapportent guère. Alors, puisque la vie est si dure, le père décide de vendre l’aînée, Rose. Oui, de la vendre ! L’acquéreur est un maître de forges. Rose, qui n’a que quatorze ans, est utilisée comme servante et cuisinière. Bien sûr, le maître a autre chose en tête. Bien plus que le lecteur puisse deviner.

À partir de là, le roman bascule dans l’horreur. Ce que subit Rose est atroce, et les raisons pour lesquelles elle subit tout ça sont renversantes.

Pour éviter la monotonie, Franck Bouysse laisse s’exprimer plusieurs voix, et raconte lui-même à la troisième personne par moment. De plus, chacun des narrateurs a sa façon de parler, son vocabulaire, ses habitudes de langage. Pas de doute, l’auteur a sorti le grand jeu.

Pourtant, la mayonnaise ne prend pas. Tout d’abord, il y a des clichés tirés par les cheveux, comme par exemple observant son père comme on contemplerait un crépuscule d’hiver. Tellement ridicule que ça donne envie de sourire. Il y a aussi le rythme, trop lent ou trop rapide, jamais dans le bon tempo. J’ai dû faire énormément d’efforts pour ne pas perdre le fil du récit, je l’ai pourtant perdu.

Cependant, s’il y a une si écrasante majorité d’opinions positives, sur un si grand nombre d’avis exprimés, c’est que j’ai dû passer à côté.

2 réflexions sur « Né d’aucune femme »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *