Foire du livre de Brive 2018

C’est désormais une habitude, mais ce ne sera jamais une routine : début novembre, je me rends à la Foire du Livre de Brive, dont j’apprécie l’ambiance de passionnés et la disponibilité des auteurs rencontrés. Comme l’an dernier, j’étais accompagné de mon fils aîné Damien.

Adeline Dieudonné

J’aurai pu l’avoir depuis longtemps, car on le trouve absolument partout, toutefois j’ai patienté pendant plusieurs semaines pour acheter en mains propres à la charmante Adeline Dieudonné son roman La vraie vie, qui a été l’un des événements de cette rentrée littéraire, et dont je vous reparlerai prochainement.

Lorànt Deutch

Pour la première fois, j’ai pu approcher Lorànt Deutch, dont le stand est toujours pris d’assaut (heureusement, c’était l’heure du déjeuner), qui publie Romanesque, sur l’histoire de notre langue. C’est un garçon très sympathique, qui n’a pas hésité à me montrer, sur son téléphone, les photos d’une expédition qu’il a faite récemment avec des copains dans les zones interdites au public des catacombes de Paris.

Il faut toujours un peu de patience pour échanger quelques mots avec Clara Dupont-Monod, car elle prend beaucoup de temps pour discuter avec chaque lecteur qui vient vers elle alors, bien sûr, la file s’allonge, mais quel plaisir quand on parvient au bout ! Il y a quatre ans, elle nous avait régalés avec la vie d’Aliénor d’Aquitaine, épouse du roi de France Louis VII, puis, aussi étrange que cela paraisse, épouse du roi d’Angleterre Henri II. Dans son dernier livre, La révolte, elle revient vers cette femme exceptionnelle, nous entretenant de la partie britannique de son existence, narrée par son fils Richard Cœur de Lion.

Clara Dupont-Monod

L’impressionnante carrure de Serge Joncour se repère de loin. Je parlerai dans quelque temps de son nouveau roman Chien-Loup, en attendant je l’ai remercié pour les bons moments de lecture que j’ai passés avec Repose-toi sur moi et L’écrivain national.

Sophie Divry

La ravissante et souriante Sophie Divry ne semble plus, comme la première fois que je l’avais rencontrée, étonnée par son propre succès. Elle est désormais une auteure au talent reconnu, dont le dernier roman, Trois fois la fin du monde, fait beaucoup parler de lui depuis quelques semaines.

J’ai également revu l’Algérien Yasmina Khadra, inquiet des conséquences du terrorisme, inquiet surtout d’entendre cette terrible actualité expliquée par des « experts » qui n’ont manifestement rien compris au vrai problème. Son livre Khalil donne la parole à un terroriste, puisque c’est lui le narrateur. Rappelez-vous les attentats du Bataclan et du Stade de France… La police avait retrouvé dans une poubelle une bombe qui n’avait pas explosé. C’était celle de Khalil.

J’ai fait la rencontre d’un jeune auteur très sympathique et méconnu, Julien Sandrel, dont le roman, La chambre des merveilles, part d’une idée à mon avis passionnante et très originale. J’y reviendrai bientôt.

Serge Joncour

Yasmina Khadra

J’ai également croisé Agnès Ledig, Henri Lœvenbruck, Yann Queffelec, Agnès Martin-Lugand, Amélie Nothomb, Delphine de Vigan, David Diop, Boualem Sansal, Antonin Varenne, Inès Bayard, Mireille Dumas, Alain Mabanckou, Olivia de Lamberterie, Vanessa Schneider, Michel Drucker, Daniel Picouly, Christine Orban, Christine Ockrent, et bien d’autres.

J’oubliais… il y avait aussi un certain François Hollande (grâce à sa présence, les contrôles de sécurité à l’entrée étaient bien plus longs que d’habitude), venu pour son bouquin dans lequel il parle des leçons qu’il a apprises du pouvoir, peut-être un peu trop tard. Au stand voisin, Gilles Legardiner dédicaçait son dernier livre, J’ai encore menti. Mais non, je ne fais pas d’ironie…

Comme chaque année, j’ai dépassé le budget que je m’étais fixé. Le pire cependant, c’est que la prochaine Foire n’aura lieu que dans un an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *