Commentaire

HHhH — 2 commentaires

  1. oui, je me reconnais 😉 Gratitude 28 : Claude Attard Ecrivain : https://www.youtube.com/watch?v=Ml78KHANwx4
    On dit souvent en neurosciences que ce qui nous agace chez l’autre est une partie de nous même à travailler. Ce que tu expliques là le démontre : Il ne cesse de critiquer son propre comportement, sans doute parce qu’il s’effraie lui même, sans arriver à mettre le doigt dessus. la vérité est qu’il ne s’en aperçoit même pas.
    Il a besoin de travailler son niveau de conscience ;-)… comme nous tous.
    Bises val

    • Je ne pense pas que ce soit ça. Laurent Binet ne cesse pas de critiquer son propre comportement, comme tu dis. En fait, ses propres digressions en « mode fiction » sont assez rares dans le livre. Par contre, il revient relativement souvent sur son mépris pour ce qui ne s’en tient pas à la stricte réalité. Il y a des expressions comme par exemple fidèle à mon vieux dégoût pour les romans réalistes… ou alors ce genre de mentions qui n’ont, a priori, d’autre intérêt que de donner au texte la couleur du roman, ce qui est assez laid. Qu’il ressente du dégoût pour ce genre d’ouvrage, d’accord. Mais pourquoi affirmer que c’est laid ? En tant que lecteur et grand amateur de fiction, je me suis senti un peu insulté, comme s’il me traitait de simple d’esprit, qui se contente de ce genre de livre.
      Binet écrit très bien, c’est évident. Il est très fort pour se plonger dans un sujet, le connaître à fond et en faire un bouquin. Mais qu’il laisse à ses confrères auteurs la liberté d’écrire comme ils veulent, et qu’il me lâche, moi lecteur, avec ses préférences personnelles. Je me suis plongé dans son livre pour en savoir davantage sur le personnage de ce salaud de Heydrich, pas pour qu’on me dise que ce que je lis d’habitude est laid.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *