AccueilNouveautéNouvelle traduction pour Le retour du Roi

Commentaire

Nouvelle traduction pour Le retour du Roi — 6 commentaires

  1. Tu nous diras ce qu’il en est, c’pas ?
    Je suis tentée par l’aventure, mais me dire de racheter une 5ème fois cette oeuvre va commencer à me poser un soucis de place (une fois en original, une fois en poche, une fois en volume intégral (mais la personne qui me l’a offert c’est trompé je voulais la version illustré par John Lee :'( ), une autre fois en poche la première étant en fin de vie à force de prêt à des gens non consciencieux (oh bah il est tombé dans une flaque, ça va hein, c’pas si grave !, snif mon préccccccieux))
    Si je saute le pas, je commencerai par le Hobbit sûrement, l’as tu lu en révisionné ?

    Dans tous les cas cette re-traduction était nécessaire, ne serait-ce que pour que les différents volumes de l’ensemble soit cohérent (Bilbo Baggins qui devient Bilbon Saquet, y avait déjà de quoi choquer le lecteur).
    Je trouve juste dommage que la traduction vienne après les films qui du coup auront les anciens noms et cela peut également embêter le lecteur qui s’y mettrait post-film. Tant pis, rien n’est parfait !

    • Bien sûr, que je dirai ce que j’en pense. Mais je ne serai pas objectif : comme toi, je suis un tolkienomaniaque.
      Le Seigneur des anneaux, je l’ai en version poche des années 70, l’édition intégrale illustrée par Alan Lee de 2002, en numérique, en audio, et à présent la nouvelle traduction (également illustrée par Lee, dont les dessins ont été renumérisés). Je ne l’ai pas encore commencée (j’attendais d’avoir les trois tomes pour tout lire d’une traite), mais les commentaires que j’ai lus ne laissent aucun doute : on redécouvre l’œuvre. Je ne vais toutefois pas l’attaquer de suite, j’ai pris quelques engagements prioritaires, mais je pense m’y atteler d’ici un mois.
      Le Hobbit, je l’ai relu en version revisitée, en effet, mais il y avait très longtemps que j’avais lu la permière version et j’avoue que je ne me suis pas vraiment rendu compte des différences.
      À propos des films, je ne pense pas que cela fasse un gros problème. Ils sont bien fait, mais très éloignés du travail de Tolkien. Beaucoup de coupures, beaucoup de détails à côté de la plaque… Que quelques noms propres diffèrent ne changera pas grand-chose à mon avis. Ce qui est regrettable, c’est que certains ont juste vu les films et pensent tout connaître de l’histoire de la Terre du Milieu.
      Mon souhait le plus cher, c’est que l’éditeur français (Christian Bourgois) s’attaque à la (re)traduction du Silmarillion, qui est à mon avis une œuvre extraordinaire, mais dont l’actuelle version française est catastrophique.

      • Ah tien oui pourquoi je l’ai appelé John le pauvre Alan Lee, heureusement que tu lui as rendu son prénom.

        Pfff me parle pas du Silmarion, je l’ai lu mais j’ai eu vraiment vraiment vraiment du mal… j’ai abandonné les autres (contes du 1er, 2er et 3ème âge ) pour la même raison : édition de poche impossible à lire si on veut lire aussi les variantes, vu qu’il faut aller à la fin de l’histoire, mais pas du livre, mais pas en notes de pages arg ! Ils auraient mieux fait de mettre plusieurs versions « complètes » quittent à être non exhaustif.

        J’ai par contre adoré lire Faerie et Bombadil (en Vo d’un côté, VF traduit de l’autre)

        Et rien à voir avec l’histoire, mais les lettres aux Père Noël sont toutes aussi délicieuses 🙂

        Bonne lecture, et si je trouve une édition avec les illustrations, je l’achèterai, place ou pas place chez moi !

        • Les versions du Silmarillion que je possède n’ont pas ce problème. À part la traduc lamentable, ce livre est magnifique, bien que pas évident à lire puisqu’il s’agit d’une œuvre inachevée.
          En fait, c’est lui (avec Le livre des contes perdus et Les contes et légendes inachevées) qui représente la véritable œuvre de Tolkien. Il l’a commencée lorsqu’il n’avait qu’un peu plus de vingt ans, et ne l’a jamais terminée, tant il était perfectioniste. Entretemps, il a écrit Le hobbit, destiné aux enfants, et bien sûr Le seigneur des anneaux sous la pression de son éditeur qui voulait une suite au Hobbit.
          Tolkien a écrit le brouillon d’un des chapitres du Silmarillion, La chute de Gondolin, pendant qu’il participait à la bataille de la Somme. Puis il a commencé à écrire tout le reste. Le fameux chapitre est resté à l’état de brouillon, et est un peu décevant à la lecture. Pourtant, je persiste à penser que Le Silmarillion est un vrai chef-d’œuvre, qu’il faut absolument retraduire.

          • Ah mais je suis parfaitement d’accord.
            C’est bien parce que c’est un chef-d’oeuvre que je me suis accrochée malgré la piètre qualité de l’édition pour le poursuivre. Même si j’ai abandonné durant les contes et légendes inachevées pour le même genre de soucis d’édition, je le regrette d’ailleurs tant j’avais envie de les découvrir.
            En réalité, j’ai découvert l’histoire de Tolkien avant les histories de Tolkien et c’est d’abord par là que j’ai abordé le sujet : un type qui fabrique une langue et qui de là décide d’en faire une histoire. Parce que ce type pense comme moi : une langue c’est fait pour être utilisée (élève je disais : je veux pas apprendre une langue, je veux la parler !)

            Donc oui oui oui pour une réédition retraduite de ses oeuvres là et en pensant à l’expérience du lecteur avec les différentes versions svp.

          • OK. Je te propose qu’on fasse une manif pour réclamer une retraduc, toi et moi, devant les locaux de Christian Bourgois. Nous, on dira qu’on était trois, les flics diront qu’on était un. D’accord ? :mrgreen:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *