AccueilAuteursJean M. AuelLes enfants de la Terre

Commentaire

Les enfants de la Terre — 6 commentaires

  1. Perso, je n’ai pas aimé le côté « feux de l’amour » et les scènes de sexe un peu trop érotique et détaillés, mais à part cet aspect je suis tout à fait d’accord avec toi.
    J’aime aussi la préface du livre qui dit que : depuis son écriture les connaissances sur le sujet ont évolué, ne prenez donc pas tout cela au pied de la lettre (enfin quelque chose dans le genre).
    Je me suis arrêté au milieu d’un tomme (le 3 je crois), quand elle est avec un autre homme, parce qu’encore les feux de l’amour version porno, ça m’a saoulé. J’ai toujours gardé en tête l’idée de finir la saga un jour (comme quoi, c’est du très bon quand même)

    • Les côté porno ne m’a pas dérangé. Ça fait partie des nombreuses répétitions qu’il faut subir, j’ai fait avec. Toutefois, c’est vrai qu’on ne nous cache rien dans ce domaine.
      Pour tout t’avouer, j’ai déjà attaqué la lecture de cette série il y a une douzaine d’années. J’ai dévoré le 1e tome, je me suis rué sur le second, où les « feux de l’amour » m’ont un peu gavé, et j’ai poursuivi avec le 3e, pensant que ce mauvais côté était derrière. Quand j’ai vu qu’il n’en était rien, j’ai renoncé et arrêté là ma lecture. Et puis, comme le sujet m’intéresse beaucoup, j’ai décidé d’y revenir, mais j’ai longtemps reporté le pas décisif, étant occupé par d’autres bouquins. Et puis, cet été, je me suis lancé. J’ai redécouvert les 3 premiers, dont beaucoup de choses m’avaient échappées, puis j’ai continué, et je ne le regrette pas.
      C’est et ça restera une de mes séries préférées, que je relirai un jour, c’est sûr.

      • Un jour je la relirais, c’est quelque chose qui me reste aussi. Ayant « grandit » (j’avais 20 ans tout juste à ma première lecture), peut-être ces passages ne m’embêteront plus autant, ou alors je ferai comme mon père quand il a lu la saga, je les « sauterais » (jeu de mot pourri inside)

        • Je n’ai pas « sauté » les passages un peu lourds, répétitifs ou « chauds ». Dans une œuvre aussi vaste, ils ne représentent tout de même qu’un faible pourcentage.
          Ce qui m’a laissé pensif en lisant les (nombreuses) scènes torrides, c’est que je me suis demandé si vraiment, à cette époque, on pratiquait la bagatelle de façon aussi moderne. Car ils font comme nous, jusque dans les moindres fioritures des préliminaires. Et puis, j’ai pensé que dans ce domaine, tout avait sans doute été inventé depuis longtemps. Il n’existe évidemment pas de témoignages aussi anciens, mais il y en a qui remonte au Moyen-Âge, il y a aussi les fameux bas-reliefs des temples en Inde et Birmanie… Décidément, non, nous n’avons rien inventé de nouveau dans ce domaine depuis très longtemps. 😉

  2. Cette série m’a été offerte donc obligée par politesse de la lire. J’ai subi le premier tome avec courage, mais il m’en aurait fallu trop pour entamer les suivants. J’ai éludé habilement toutes les questions , j’espère, pour ne pas vexer mon généreux donateur, mais pour moi c’est un série indigeste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *