AccueilAuteursBernard WerberLe sixième sommeil

Commentaire

Le sixième sommeil — 9 commentaires

  1. Coucou Claude. Eh bien moi je l’ai commence il y a 2 ou 3 mois et pas termine. J’ai abandonne la lecture apres le 1er tiers. Je trouve que le comportement des personnages est too much… trop cliche, trop invente… certaines situations completement improbables (pourtant je reve pas mal et m’interesse a ces songes bizarres) je me suis meme demande si c’etait bien Bernard Werber qui avait ecrit ce bouquin !! J’en ai lu quelques uns de lui et ce sont justement ses descriptions recherchees et son imaginaire qui m’ont fait aime au moins 4 de ses livres…
    Peut etre que c’etait juste pas le moment… je reouvrirai ce bouquin un autre jour.

    • Salut Cécile.
      Je pense (encore un avis strictement personnel), que le point faible de Werber, ce sont justement les personnages. Il a des idées d’enfer, il sait mener une intrigue, sa documentation est sans défaut… mais ses personnages sont souvent sans relief, trop artificiels, surtout dans leur comportement. On a souvent l’impression qu’ils sont téléguidés pour faire ce qui est prévu dans un scénario. (Bon, c’est un peu le cas…) Dans ces conditions, impossible de s’identifier, ou de s’attacher à l’un d’eux.
      Et j’ai ressenti la même chose dans d’autres romans de lui. J’en étais venu à détester Michael Pinson, qu’on retrouve dans plusieurs livres, et que j’ai eu parfois envie de gifler pour qu’il réagisse un peu !

      • Ca me rappelle le monde de Sophie de Gaarder ta description des personnages et même le reste de ta critique sur ce livre.
        Perso, je me suis lassée de Werber (que j’ai pourtant rencontré en vrai, il était parrain de la promo sortante de mon école et était venue nous rencontrer !). Pour tout dire je n’ai pas lu la fin du cycle des « anges »… et si j’ai acheté un ou deux ensuite (celui sur le rire notamment) je ne les ai pas lu.
        Dommage tant les fourmis et les thanataunotes ont marqué mon adolescence (puis le Père de nos pères et celui sur le cerveau)

        • C’est vrai que dans le bouquin de Gaarder, les personnages manquaient aussi de consistance.
          Pour en revenir à Werber, j’ai lu il y a quelques mois la trilogie du Cycle des Dieux. Je n’en ai même pas parlé ici, tellement je ne savais pas quoi en dire ! Trois tomes pour en arriver à cette chute bidon !
          Le rire du cyclope, je l’ai pas lu. Les thanataunotes a été le premier que j’ai lu et dévoré, et j’ai vite enchaîné avec Les fourmis. Ensuite, ça s’est compliqué, et au bout d’un moment, j’ai eu l’impression de relire à chaque fois le même livre !

          • Oui c’est bien là tout le problème de Werber.
            Il se répète de livres en livres. Des sujets ésotériques lui tiennent à coeur et il le dit (les chiffres notamment, l’arbre des possibles également).
            C’est dommage, il aurait du savoir s’arrêter après une dizaine de livres je crois…
            Il reste quelques bonnes surprises (nos amis les humains par exemple), le reste… ça devient commercial et c’est dommage.

  2. Je vais le lire pour me faire mon opinion. J’ai lu avidement ses premiers livres puis j’ai abandonné un peu déçu par le dernier que j’avais acheté. Merci de ces commentaires qui m’aident énormément dans mes choix.

    • C’est comme avec les enfants et la bouffe : Faut pas dire « c’est pas bon », faut dire « jaime pas », mais d’abord, faut goûter ! 😆

  3. Je viens de lire son dernier bouquin (demain, les chats) que j’ai lu juste à cause du sujet animalier. Ma critique pourrait être la même que la tienne.
    Platitude, tirée par les cheveux, reste sur sa faim… Dommage 🙁

    • Si deux bouquins d’un même auteur, écrits à plusieurs mois d’intervalle, attirent le même commentaire mitigé, c’est certainement qu’il y a quelque chose qui ne va pas.
      J’espère de tout cœur que Werber va trouver un second souffle pour son œuvre parce qu’il le mérite amplement. Peut-être qu’il devrait poser sa plume pendant un moment et se remettre en question en profondeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *