AccueilActualitéRentrée littéraire 2015

Commentaire

Rentrée littéraire 2015 — 20 commentaires

  1. Pas tout à fait d’accord avec tous tes choix. J’irai vers 2084, D’après une histoire vraie, Chantiers et La dernière nuit du Raïs.
    Si tu ne connais pas Marie-Hélène Lafon, lis « L’annonce ».

    • La diversité de la littérature entraîne la diversité des goûts de chacun.
      L’an dernier, j’avais mis en ligne le même genre d’article à la même période, et je n’avais pas entièrement suivi mes premières idées.
      Il y a tant de livres et si peu d’heures dans chaque journée…

    • Entièrement d’accord avec mysouris. J’en ai lu deux, offert, jusqu’au bout, car je suis courageuse, mais la tête et le cœur très contrarié par cette perte de temps.

  2. Pas d’accord avec vous, Mysouris 🙂 La petite Amélie écrit très, très bien. Je n’ai pas lu tous ses livres (elle en publie un par an, n’est-ce pas ? et il paraît qu’elle le choisit parmi les trois ou quatre qu’elle a écrits dans l’année et garde dans ses tiroirs…), je n’en ai lu que quelques-uns. TOUS TRÈS DIFFÉRENTS les uns des autres. Toujours courts. Souvent très drôles. Quelquefois glaçants, quelquefois peu intéressants (pour moi) mais généralement surprenants, émouvants. J’ai aimé « La nostalgie heureuse » (rien que le titre…) et j’ai gardé un souvenir net d’un livre dérangeant mais très réussi : « Acide sulfurique ». Ces deux-là font partie des livres que j’aurais regretté de ne pas avoir lus…
    Comme je ne regarde que rarement la télé, je ne l’ai jamais « vue » et donc je ne suis pas gênée par son personnage, ses reparties et ses chapeaux… Je ne la connais que par sa voix, à la radio (intelligente, précise, drôle) et ses phrases ciselées, simples mais parfaites. Je ne connais pas le comte Neuville, donc je ne sais pas si Claude va tomber sur un bon cru… Je le souhaite pour lui !

    • J’en ai lu qu’un seul, j’ai plutôt aimé, mais je n’aime pas la personne en fait. Je la trouve hautaine et mégalomane, du coup ça ne me donne pas envie d’en lire d’autre 😉 et je ne la connais ni de la radio ni de la télé, juste d’interview dans des journaux. Temps pis si je rate quelque chose, il y a bien d’autres choses à lire ailleurs également.

      Bonne découverte Claude en tout cas, et tu nous diras ce que tu en penses 🙂

    • D’accord avec toi Marie-Jeanne… je la suis depuis ses débuts et à de rares exceptions près, j’ai beaucoup aimé. Certains écrits sont très profonds d’autres très durs mais toujours intelligents. J’ai lu sa bio et je ne l’ai pas trouvée mégalomane. Juste vu une interview sur youtube. Sans contestation possible un grand auteur.

      • Marie-Jeanne et Christina pour, Mysouris et Catherine contre. Deux partout, match nul. Si je comprends bien, c’est moi qui vais devoir trancher quand je l’aurais lu ?
        J’ai déjà la pression pour écrire cette critique, alors que je n’ai pas même attaqué la première ligne du bouquin. Vous me stressez, les filles ! 😉

        • oui oui… mais bon, ce qui ne nous tue pas… tu connais !
          sinon, tu es mal barré de toute façon, parce que pour faire une critique vraiment impartiale, tu devrais tout lire d’elle… métaphysique des tubes, hygiène de l’assassin etc… et là, mon pauvre ami, t’es pas sorti de l’auberge !
          @rgh !!!

          • Si celui-ci me plait, j’aurais envie d’en lire d’autres, c’est sûr. Je marche beaucoup à l’auteur. Si le style me plait, je lis plusieurs livres de lui.
            C’est comme ça que je me retrouve débordé de lecture : je découvre de nouveaux auteurs, et je les ajoute à ma liste de ceux dont je ne veux rien rater. 🙂

  3. Échange intéressant à propos d’Amélie Notomb. Il est vrai qu’elle s’est fabriqué un personnage un peu particulier qui peut faire polémique. Pas folle, la guêpe, elle sait qu’il est important qu’on parle d’elle, même en mal, car c’est toujours de la pub. Je l’ai déjà aperçue dans des salons, visible de loin avec ses chapeaux et la foule qui se presse devant son stand. Qu’importe ? Il y a foule aussi devant E.E. Schmitt, B. Werber, J. Teulé… qui sont d’excellents écrivains. Ils ne portent pas de chapeau, tant pis.
    Quoi qu’il en soit, une auteure qui a autant de succès possède forcément un certain talent. Curieusement, malgré ma boulimie de lecture, je n’ai encore rien lu qui soit sorti de sa plume. Vous conviendrez, mesdames, que je ne peux demeurer plus longtemps dans une telle ignorance. On verra si ça me plaît.
    Je ne suis pas amateur de polars, pourtant j’ai récemment apprécié Temps glaciaires. Je ne suis pas friand de biographies, mais j’ai aimé Limonov. Je commence à avoir « un certain âge » (bel euphémisme, n’est-ce pas ?), mais je lis de temps en temps des livres pour ados. Ce que je veux dire, c’est que j’ai des goûts éclectiques, et qu’il est tout à fait possible que je passe un bon moment en compagnie de la dame aux chapeaux. Mais il est également possible qu’elle m’ennuie, comme m’a ennuyé Françoise Chandernagor, pourtant auréolée de gloire et d’une immense réputation.
    Je ne sais pas encore quand je m’attellerai à la lecture du comte Neuville, mais je ne manquerai pas de vous faire part de mes impressions ! 🙂

    • Intéressant ce que tu dis là Claude
      J’ai rencontré B. Werber en dehors de tout salon (il était parrain d’une promo de mon école d’ingé et est venu lors de la remise des diplomes) et bien ce type est super sympa. Pourtant j’aime de moins en moins ce qu’il écrit (trop répétitif, sa plume est bonne, mais est devenue commerciale, je trouve). Comme quoi, on peut aimer une personne, mais pas ses écrits, et le contraire :p

      Tiens, je lis également de tout, de la littérature pour tout petit (ma fille a 15 mois et est déjà boulimique de lecture) à des essais scientifiques (bah quoi faut bien qu’ils soient publiés pour quelqu’un) en passant par les livres pour enfants et ados que j’affectionne tout particulièrement. J’aime tout les genres je crois (sauf les trucs genre « harlequin »), mais j’ai pour idée de ne lire que rarement des « best sellers », je préfère les petits inconnus 🙂

      • Le personnage d’Amélie Nothomb ne me dérange pas. Certes, je la trouve maniérée, mais je ne la vois qu’à la télé, quelques minutes de temps en temps, alors je n’ai pas de mal à supporter ses simagrées et son chapeau. Si je devais en porter un aussi ridicule pour faire gagner de la visibilité à mes minifictions, je n’hésiterais pas ! 🙂
        Il faut séparer l’écrivain de l’humain. Il y a quelques années, il y a eu toute une polémique autour de Louis-Ferdinand Céline. Il était antisémite, alors des associations humanitaires ont voulu faire annuler quelques célébrations, je crois. C’est stupide. Les opinions de l’homme étaient sans doute condamnables, mais cela n’ôte rien à ses qualités d’écrivain.
        Pour Werber, je ressens un peu la même chose que toi. J’ai lu il y a peu de temps la trilogie du Cycle des Dieux. Je n’en ai même pas parlé ici parce que je ne savais pas quoi dire de ces centaines de pages. Il y a des idées superbes, mais elles sont traitées avec une naïveté propre aux romans pour ados. C’est fouillis, ça tire dans tous les sens, il commence plusieurs intrigues en parallèle… et certaines se perdent en chemin. Mais comme homme, il professe des avis que je trouve intéressants, et auxquels j’adhère, pour la plupart. Il traite souvent de l’avenir de l’humanité, de la nécessité à réagir, etc. On ne peut qu’être d’accord. Mais ses livres sont répétitifs, au point que j’hésite à me lancer dans l’autre trilogie : Troisième humanité. J’ai peur de tomber sur un clone de l’autre, de retrouver pour la énième fois Michael Pinson ou Edmond Wells. 😀

  4. Quoi qu’il en soit, une auteure qui a autant de suc­cès pos­sède for­cé­ment un cer­tain talent. ??????????? Je pense plutôt que le succès provient d’un bon marketing. Et pour cette Amélie, il est poussé à l’extrême et marche fort bien. Ces livres marketing remplissent les bibliothèques sans être jamais ouverts. Ce n’est que mon avis, je le précise, et je comprends très bien qu’on ne le partage pas.

    • J’aurais peut-être dû dire « un minimum de talent ». Bien sûr, le marketting est indispensable, mais il ne fait pas tout. D’autres en usent sans vergogne : Bernard Werber, pour revenir à lui. Jean d’Ormesson, à un point qui frise le grotesque. Et n’oublions pas les deux maîtres en la matière : Marc Levy et Guillaume Mussot. Je me suis laissé aller il y a quelques années à lire un Levy. Je n’en garde pas un souvenir impérissable, mais je me souviens que j’ai passé un bon moment de lecture.

      • Il y a un ou deux Levy que j’ai beaucoup aimé, les autres ne m’ont laissé ni chaud ni froid. Et j’ai cessé d’en lire quand je me suis rendue compte qu’en fait c’était un peu du rebelote à chaque fois (hein, oui je lis pas trop les best seller, je l’ai déjà dit ? ah vi)

  5. 7 (de Tristan Garcia…) encore un qui ne sait pas que les moteurs de recherche exigent un minimum de 10 lettres pour travailler… argh !!!
    Mais sinon, ton choix est joli et je me réjouis de lire tes critiques et commentaires… Je vais aller voir dans le magazine littéraire que j’ai reçu, quel sera mon choix à moi… (en général les poches de l’année précédente…)

    • Remarque pertinente.
      C’est vrai que si on tape juste « 7 » sur Google, il se perd et cherche à l’aveuglette, près à rapporter n’importe quoi pour faire plaisir, comme un bon chien-chien à sa mèmère.
      Mais dès qu’on tape « 7 tri », il complète docilement par « Tristan Garcia ».

      • ok, j’y penserai… bon, dans ce cas de figure ça passe parce que si tu oublie (Aloïs Alzheimer frappe toujours deux fois) que le nom de l’auteur commence par Tri.. tu peux toujours demander à ton ordi de « faire le tri »… mais bon, pour les autres titres c’est coton hein !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *