AccueilAuteursLola LafonLa petite communiste qui ne souriait jamais

Commentaire

La petite communiste qui ne souriait jamais — 2 commentaires

  1. Le sport de haut niveau exige d’accepter tous les moyens disponibles, en toute connaissance de cause ou sans même en être informé, pour apporter l’argent, la notoriété, et déclencher l’hymne de son pays. Il n’y a plus aucun moyen de revenir en arrière, car la science sportive fait de tel progrès qu’elle a toujours un train d’avance sur la science officielle. Nous en sommes à des manipulations génétiques aujourd’hui dans certains pays. Ton livre est certainement à lire avec une bonne dose d’optimisme.

    • Ce n’est pas là le sujet de ce bouquin. Bien sûr, la question est évoquée (davantage l’entraînement intensif que les substances chimiques), mais il est évidemment surtout question de Nadia Comaneci, son enfance de bébé-champion, son ascension, l’impact sur sa vie et celle des autres, etc. Car elle a fait beaucoup d’émules. Le livre s’adresse en grande partie aux petites filles de 76, qui s’identifiaient à Nadia et se voyaient capable de l’imiter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *