Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

MonsieurIbrahimFleursCoranÇa commence comme ça :

À onze ans, j’ai cassé mon cochon et je suis allé voir les putes.

C’est un petit livre qui se lit en une heure ou deux, mais auquel on pense pendant longtemps, tant il est bourré d’humour et de sagesse. Car chez Éric-Emmanuel Schmitt, l’humour et la sagesse avancent ensemble.

Dans le Paris des années 60, un gamin juif nommé Momo (Moïse) se sent bien seul. Sa mère l’a abandonné, son père, toujours triste, le délaisse… Il se lie d’amitié avec Monsieur Ibrahim, le vieil épicier arabe du quartier. Celui-ci est un philosophe, qui prend la vie avec une immense sagesse, dont il fait profiter Momo.

C’est le garçon qui est le narrateur, et la description du monde vu par ses yeux et peint par ses mots vaut à elle seule le détour.

Je me rendais compte que les juifs, les musulmans et même les chrétiens, ils avaient eu plein de grands hommes en commun avant de se taper sur la gueule.

Monsieur Ibrahim prend Momo sous son aile, lui ouvre les yeux et le fait voyager, alors que le gosse n’a pratiquement jamais quitté sa rue.

Les autoroutes, c’est pour les imbéciles qui veulent aller le plus vite possible d’un point à un autre. Nous, on fait pas de la géométrie, on voyage.

Les conseils de Monsieur Ibrahim ne sont pas seulement sages, ils sont également pleins de bon sens.

Une échelle a été mise devant nous pour nous évader. L’homme a d’abord été minéral, puis végétal, puis animal, (…) puis il est devenu homme doué de conscience, de raison, de foi.

Petit à petit Momo apprend à comprendre ce qui l’entoure, et aussi à pardonner à ceux qui l’aiment sans savoir le lui montrer. Bien sûr, ce n’est qu’un conte, dans lequel tout est simple et facile, mais ces points de vue d’une grande fraîcheur méritent l’attention du lecteur.

4 réflexions sur « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran »

  1. C’est un livre que beaucoup de parents devraient lire. J’ai été ravie — dans les deux sens du terme!- par cette petite histoire qui est une vraie leçon de vie…

  2. On ne prend jamais de risque en achetant et en lisant cet auteur. On sort toujours de ces histoires emplies de fraicheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *