AccueilAuteursGlenn CooperLa Prophétie des papes

Commentaire

La Prophétie des papes — 3 commentaires

  1. Salut Claude,

    Une petite chose me gêne dans cette présentation, l’impression que ce serait un bon roman parce qu’il applique une bonne recette, avec un bon dosage et des valeurs sûres comme les mystères du Vatican. Je n’ai rien contre le polar ou le roman d’aventures et ne crois pas que la littérature soit une affaire de genres, mais quand un genre connaît un grand succès et voit en son sein se multiplier les clones sans le moindre second degré, je ne peux m’empêcher de penser que le talent (il s’agit sans doute d’une certaine forme de talent) se fourvoie à des fins commerciales. Le texte fonctionne, on s’y laisse prendre et on sait facilement pourquoi, mais est-ce bien là ce qu’on doit attendre de la littérature? A la fin on ferme le livre, on laisse doucement se dissiper l’impression faite par l’habileté de l’auteur (c’est bien là ce qu’on admire quand on se demande comment il fait pour « ficeler » aussi bien son intrigue), et on peut passer à autre chose. C’est quelque chose que j’accepte pour un film (ce qui est très injuste de ma part, le cinéma n’étant pas un art moins noble que la littérature), mais qui me pose problème pour un roman.
    Celui dont tu nous parles, Claude, a peut-être d’autres qualités qui l’élèvent au-dessus de ce que viens d’évoquer, mais je ne le pressens pas dans ta présentation. Tu nous as parlé positivement de bien d’autres ouvrages SF ou fantastiques qui allaient au-delà de la bonne recette.

    Amicalement.

    Eric.

    • Salut Éric.
      Tu as raison, bien sûr. Ce n’est pas la bonne intrigue qui fait le bon roman, ou plutôt ce n’est pas seulement la bonne intrigue. Pour comparer avec d’autres disciplines, disons qu’il y a une note technique et une note artistique. Celui-ci a assurément un peu plus que la moyenne en artistique, c’est-à-dire pour la maitrise de l’intrigue par son auteur. Il connait bien son sujet, il y a une intrigue principale, des intrigues secondaires, les personnages sont crédibles, etc. Mais ce côté « artistique » n’est pas non plus exceptionnellement bien fait. Il y a d’autres romans qui utilisent ce genre de recette et qui le font mieux.
      Quant à la note technique, la maîtrise de l’écriture, je lui donne aussi la moyenne, mais il ne s’agit pas là d’un chef-d’œuvre littéraire, ce n’est pas la plume d’un grand écrivain.
      En résumé : oui, c’est un roman prenant, c’est un bon livre qui permet de passer de bons moments et même d’apprendre des choses intéressantes sur l’Histoire, mais il n’est pas exceptionnel.
      Tu as remarqué (déformation professionnelle ?) que dans ma critique, je me suis emballé sur l’aspect « histoire pleine de ramifications ». Je l’ai fait sans doute parce que je suis personnellement sensible à ce genre de trame. Ça m’a donné envie de découvrir les autres livres de Glenn Cooper, mais si je les lis, je prendrais des précautions pour en parler ! °(^_^)°
      Cordialement,
      Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *