AccueilAuteursNancy HustonL’espèce fabulatrice

Commentaire

L’espèce fabulatrice — 3 commentaires

  1. Voilà un livre que je n’achèterai pas.
    Affirmer : Évidemment, là encore, c’est l’imagination. L’animal ne cherche pas à interpréter ce qui l’entoure. Il prend tout ce qui lui arrive comme ça lui arrive, y compris les événements majeurs que sont sa naissance et sa mort. L’homme passe le plus clair de son temps à fabuler, c’est la seule espèce à vivre ainsi.
    Des preuves, les affirmations non étayées par des études sérieuses ne me suffisent pas. Serait-ce seulement le privilège de l’animal de prendre ce qui lui arrive comme cela lui arrive, comme la naissance et la mort, mais l’homme que fait-il donc d’autre ? L’homme n’a aucun pouvoir même pas l’imagination pour éviter les aléas de sa vie. C’est une grande imbécilité de dire que les animaux n’ont pas d’imagination, celui qui a possédé un chien dans sa vie sait déjà qu’en dormant il rêve parfois et bruyamment.
    Affirmer : Quand on maintient les gens, année après année, dans un univers de laideur et de contrainte, de misère et d’humiliation, on ne peut s’attendre à trouver en eux des interlocuteurs ouverts et souriants, à la parole nuancée.
    Si cela était vrai et prouvé, aucun espoir ne serait possible et c’est faux. Il y a de nombreux enfants de milieu défavorisé qui non seulement réussissent leurs propres vies, mais aident les autres à le faire, et de nombreux enfants de milieu très favorisé qui deviennent des voyous.
    Je m’arrête là, je vais écrire un roman.

    • Il ne faut pas prendre mon commentaire pour un résumé du livre ! Il y a des explications, des situations (comme l’animal qui rêve, par exemple), mais l’ensemble traite essentiellement de généralités, d’où il ne faut omettre les cas particuliers. Le résultat est un bouquin qui n’est certes pas une œuvre inattaquable, mais qui est un tissu de réflexions très intéressantes.

  2. Merci à toi Claude.
    Ce livre parle de l’Homme. Il parle aussi de vous, les auteurs, qui par vos histoires agrandissez notre univers.
    Cet essai sur le rapport de l’homme au roman, aux histoires que chacun de nous construisons pour donner sens au réel n’est pas inattaquable, bien sûr. Pour ma part il fut entre autre une réponse, une véritable délivrance, même, par rapport à la question de l’honnêteté intellectuelle d’une autobiographie. Il me fut bien plus… Mais c’est une autre histoire.

    Je ne suis pas écrivain… il m’est plus facile de citer quelques passages. (qui ne résument pas l’œuvre)

    L’espèce humaine se différencie des autres par sa capacité à se raconter des histoires. Dans son chapitre sur la fable guerrière N.H. écrit p 114 :
    « Le propre de notre espèce n’est pas qu’elle se livre à la guerre depuis la nuit des temps (les chimpanzés et les fourmis en font autant), c’est qu’elle en fait toute une histoire… Et des millions d’histoires. »

    P 157 « …Aussi loin que l’on remonte dans le temps, aussi profond que l’on s’enfonce dans la jungle ou le désert, on ne trouve aucune trace d’un groupement humain ayant vécu ou vivant dans la seule « réalité », la constatant et la commentant, sans (se) raconter d’histoire à son sujet ».

    Dans le chapitre sur la croyance p 111 :
    « Il y a donc deux espèces de vérité : celle objective, dont les résultats peuvent être confrontés au réel (sciences, techniques, vie quotidienne) et celle subjective à laquelle on accède que par l’expérience intérieure (mythes, religions, littérature) ».
    Dans le chapitre « Le cerveau conteur » : « Ce qui a du Sens, ce n’est pas le rêve, mais le récit de ce rêve, qui est déjà une interprétation.
    À propos des personnages de roman, elle écrit p 173 « Ils nous aident à comprendre que nos vies sont des fictions – et que, du coup, nous avons le pouvoir d’y intervenir, d’en modifier le cours. »
    Et une dernière citation pour la route. En parlant de l’utilité du roman, l’auteur écrit : « …il nous apprend à réimaginer le monde, à voir la possibilité de changement, et à accueillir cette possibilité dans notre vie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *