AccueilPas d'accordAmis auteurs, méfiez-vous !

Commentaire

Amis auteurs, méfiez-vous ! — 5 commentaires

  1. Il faut effec­ti­ve­ment se méfier des Edi­tions Nume­rik­livres, j’en ai aus­si fait les frais, rien n’est clair, les auteurs sont mépri­sés voire car­ré­ment insul­tés lorsqu’ils ne se plient pas en quatre pour faire la pro­mo­tion de leurs titres, et la pro­mo­tion que fait Nume­rik­livres se résume à un encart de temps en temps sur leur page Face­book.
    A fuir vrai­ment!

    • Dépuis que j’ai mis en ligne cet article il y a quatre ans, j’ai croi­sé sur Inter­net beau­coup de gens qui avaient eu des pro­blèmes avec ce type, ce qui ne l’empêche pas de conti­nuer à sévir. Il a dû m’oublier, car il m’a récem­ment recon­tac­té par Twit­ter, espé­rant sans doute que j’allais, en tant qu’auteur, être ravi qu’on me fasse des pro­po­si­tions. Ce qui prouve, soit qu’il n’a pas de mémoire, soit qu’il a arna­qué tant de gens qu’il ne peut en tenir une liste ! 🙂

      • Oui, je pense mal­heu­reu­se­ment qu’il a arna­qué tel­le­ment de gens qu’il s’y perd lui-même et comme il ne fait aucun cas des per­sonnes à qui il a affaire, il les oublie effec­ti­ve­ment très vite. Il faut se ras­su­rer en se disant que beau­coup d’auteurs le connaissent main­te­nant de répu­ta­tion et qu’ils se méfient.

        • Il n’est pas le seul à prendre les auteurs ama­teurs pour des imbé­ciles. J’ai éga­le­ment eu des pro­blèmes avec Édi­livre. Appa­rem­ment, ils acceptent tous les textes afin d’étoffer leur cata­logue, sans doute sans même relire, car il y a par­fois des fautes gros­sières dans les livres finis.
          Il y a quelques années, ils ont orga­ni­sé un concours, écri­ture d’un texte à contraintes. (Pre­mière et der­nière phrases impo­sées, ain­si que la lon­gueur.) Les quinze pre­miers seraient édi­tés en recueil. Je par­ti­cipe, je ter­mine cin­quième. À par­tir de là, plus aucune nou­velle ! Le fil cor­res­pon­dant sur leur forum a été fer­mé, ils n’ont plus répon­du aux mails, sauf pour aver­tir les lau­réats qu’ils n’avaient pas le droit de mettre leurs textes en ligne sur un site. Ce que j’ai quand même fait, évi­dem­ment ! Il est ici. 🙂

          • Oui, c’est sûr, Edi­livre est connu aus­si pour être une sorte d’autoedition dégui­sée avec des frais à la charge de l’auteur pour les cor­rec­tions, 4 de couv, etc… et aucune dif­fu­sion apres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *